Accueil, Se cultiver

Le design organique

1

Qu’est-ce que le design organique ?

Le design organique, au même titre que l’architecture organique, a pour philosophie de rapprocher l’homme de la nature et de créer une relation harmonieuse entre l’humain, la nature et l’objet. En ce sens, il descend d’un design que l’on peut considérer comme « intuitif », par opposition au design rationaliste prôné par l’École du Bauhaus dans les années 1920.

Le précurseur du design organique est l’architecte américain Frank Lloyd Wright (1867-1959) qui construisit au long de sa carrière pas moins de 500 bâtiments. En avance sur son temps, Frank Lloyd Wright popularisera le style « prairie » puis par la suite un nouveau de type de maison, la maison « usonienne ». Son but : intégrer l’habitation dans son environnement naturel, une rupture assumée avec l’architecture classique européenne. Quintessence du style organique, la célèbre maison sur la Cascade (1936-1939) construite pour l’homme d’affaires Edgar J.Kaufmann est une réalisation architecturale en parfaite symbiose avec la nature et ses éléments.

1

La maison sur la cascade (Fallingwater), Mill Run (Pennsylvanie), 1936-1939. L’architecte a choisi de placer la maison au-dessus de la cascade pour que ses habitants « vivent » connectés à l’élément naturel.

2

La Maison sur la cascade 1936-1939. Architecte Frank Lloyd Wright. Quand l’architecture s’intègre au paysage et à ses éléments.

Avant de « décoller » véritablement dans les années 50 et de connaître un succès international, le design organique prend véritablement sa source en Scandinavie, pays où les habitants ont une compréhension intime de la nature et où l’artisanat, du bois notamment, est une tradition ancrée. Trois designers scandinaves incarnent le design organique : Alvar Aalto (1898-1976) le finlandais, Arne Jacobsen (1902-1971) le danois, et Eero Saarinen (1910-1961) l’américain d’origine finlandaise.

Alvar Aalto, dès les années 1930, souhaite renoncer au design trop « froid » et rigoriste du Bauhaus. Après s’être affirmé comme un architecte remarquable, il fonde en 1935 avec sa première femme Aino Marsio, la société Artek, et développe son goût pour les formes organiques. Ainsi en est-il du vase Savoy ou vase Aalto de 1936, une pièce en verre mondialement célèbre. Les contours sinueux des lacs finlandais inspirèrent directement le designer pour cette pièce. Le nom du vase est aussi un clin d’œil du créateur, puisque « aalto » en finnois signifie « la vague ».

 

3

Vase Savoy, design Alvar Aalto, 1936.

Esthète dans l’âme, Alvar Aalto refusait les formes géométriques rigides héritées de l’avant-garde européenne du début du siècle, et l’emploi progressif des tubes métalliques dans le mobilier le révulsait. À la même époque, son presque compatriote Eero Saarinen, architecte et designer, fils de l’architecte Eliel Saarinen, un des principaux architectes de Finlande venu s’installer aux Etats-Unis en 1923 popularise le design organique scandinave aux Etats-Unis.

Contrairement aux pays européens, les Etats-Unis ne sont guère sensibles à l’esthétique rationnelle du Bauhaus, sous l’impulsion notamment du style « Streamline » (« fuselé ») avancé par Raymond Loewy (lien vers site design-market). Saarinen se fait remarquer en 1940 en remportant un concours organisé par le MoMA intitulé Organic Design. Avec son confrère Charles Eames, un designer américain ayant déjà collaboré avec le père de Eero Saarinen, ils remportent le prix dans la catégorie chair design (mais aussi la catégorie living-room) avec la fameuse Organic Chair, devenue une icône du style organique et aujourd’hui éditée chez Vitra.

 

4

Organic Chair, 1940. Design Eero Saarinen et Charles Eames. Editeur : Vitra

5

La chaise de lecture Organic Chair éditée chez Vitra, dans sa version Organic Highback, une version fauteuil avec dossier haut. Design Eero Saarinen et Charles Eames, 1940.

6

Vue de l’exposition Organic Design in Home Furnishings organisée par le MoMA en 1941 sur la base du concours de l’année 1940. Au premier plan on aperçoit l’Organic Chair ainsi que le fauteuil Organic Highback.

L’Organic Chair, et encore plus sa petite sœur l’Organic Highback définissent à merveille le design organique, à savoir des formes amples et souples permettant une assise confortable. En 1948, Charles Eames et sa femme Ray créent une autre pièce emblématique du design organique baptisée en toute simplicité La Chaise. L’assise, inspirée de la sculpture Floating figure de l’artiste américain d’origine française Gaston Lachaise, permet de s’asseoir de différentes manières, de la position assise à la position allongée.

7

La Chaise, design Charles & Ray Eames, 1948. Editée aujourd’hui chez Vitra.

Dans la même veine que La Chaise, les Eames vont par la suite réaliser un grand nombre de modèles en utilisant le plastique, et devenus depuis des best-sellers du design international, comme les modèles d’assises DAR, DAW, ou DAX en 1950.

À l’image des formes amples et de l’œuvre « sculpturale » de La Chaise, le designer Arieto Bertoia dit Harry Bertoia (1915-1978), designer italien naturalisé américain, conçoit en 1952 pour l’éditeur de mobilier Knoll une autre icône du design organique : la chaise Diamant ou Diamond Chair. On peut alors véritablement parler de sculpture pour cette assise dont le créateur aime dire que ses sièges, et notamment la Diamond Chair, « sont traversés par l’espace ».

8

Diamond Chair, design Harry Bertoia pour Knoll, 1952

Les années 1950 voient le triomphe du design scandinave qui place au centre de ses préoccupations le bien-être et l’humain. Eero Saarinen et surtout le designer danois Arne Jacobsen (1902-1971) s’éloignent définitivement des formes géométriques rigides et pratiquent un design organique qui privilégie les lignes courbes et enveloppantes.

Arne Jacobsen est souvent considéré comme un des pères du design organique. Influencé au début de sa carrière par le style « Streamline », il suit avec attention les travaux de Saarinen et Eames pour ensuite proposer sa vision du mobilier organique dès le début des années 1950. On lui doit ainsi un grand classique du design : la chaise Fourmi (Myre, modèle n°3100). Distribuée par le fabricant danois Fritz Hansen, cette assise, comme son nom l’indique, évoque avec une simplicité remarquable, le corps d’une fourmi. Il s’agit alors d’une prouesse technique puisque le siège est formé à partir d’une seule feuille de contreplaqué.

9

Chaise Fourmi noire, design Arne Jacobsen pour Fritz Hansen, 1952.

Le style organique « Jacobsen » devient par la suite cosy et illustre parfaitement un concept propre aux danois, le Hygge, que l’on pourrait traduire en français par « douillet » et qui réunit, dans l’esprit scandinave, les qualités d’un objet très spécial, à la fois tendre et confortable. En 1957-1958, Arne Jacobsen crée ainsi le fauteuil Cygne (Cygne, modèle n°3320) puis en 1958 le fauteuil Œuf ou Egg. Les deux pièces sont destinées à meubler le hall et les zones de réception du Royal Hôtel de Copenhague.

Jacobsen signe des pièces simples, fonctionnelles et élégantes, associées à des matériaux confortables. Une vision du design organique unique qui fit sa réputation.

10

Arne Jacobsen, Fauteuil Cygne, 1957-1958

11

Arne Jacobsen, Fauteuil Egg, 1958.

Le designer danois avait imaginé pour l’une des chambres du Royal Hôtel de Copenhague, la suite 606, un ensemble de meubles et sièges dont les modèles Cygne et Egg. Sachez que cette chambre existe toujours, et c’est d’ailleurs la seule chambre de l’hôtel à n’avoir jamais été restaurée depuis…

12

La suite 506 du Royal Hôtel de Copenhague avec les meubles et sièges conçus par Arne Jacobsen.