Se cultiver

Le « Marshmallow Sofa » une pièce unique du design du XXème siècle

nelson-marshmallow-vitra-vintage-icone

Elle est unique, considérée par les aficionados du design comme une pièce de mobilier originale mais aussi une œuvre d’art à part entière. Plus de 60 années après sa création, le Marshmallow Sofa continue de subjuguer les amoureux du design.

Créée en 1954 par le designer Irving Harper, cette « drôle » d’assise est indissociable de 3 grands noms du design de l’après-guerre : son créateur bien entendu, la société Georges Nelson Associates du nom du célèbre designer américain, et l’éditeur Herman Miller. Son existence donna lieu à une controverse sur sa paternité sur laquelle il est bon de rétablir la vérité.

 

irving-harper

Irving Harper, 1916-2015 © objectifixation.design

 

Littéralement désigné comme le « canapé-©Chamallow » en référence à la fameuse guimauve devenue un produit international déposé par la marque Haribo, ce canapé 100% américain porte bien son nom. Créatif, ludique et coloré, il habille avec une forte personnalité les intérieurs les plus austères comme les halls d’entreprises par exemple. L’occasion de revenir sur une histoire peu banale pour une pièce de mobilier résolument intemporelle.

1947, le designer Irving Harper a alors 31 ans et conçoit le fameux M du logo de l’éditeur de meuble américain Herman Miller. Harper connaît déjà Georges Nelson, un des pères du design américain d’après-guerre avec le couple Charles et Ray Eames. Georges Nelson, enseignant, designer et auteur avait conçu deux ans auparavant le premier système modulaire de rangement mural et précurseur des mobiliers systèmes. Impressionné par la vision avant-gardiste du designer, le fondateur d’Herman Miller, D.J. De Pree, réussit à convaincre Nelson de devenir son directeur du design, ce qui incita Nelson à fonder sa première agence de design, George Nelson & Associates.

 

logo-herman-miller-1946

Irving Harper, création du logo de la firme Herman Miller en 1946. Le fameux M est adopté. © imjustcreative.com

 

herman-miller-logo-1948

Le logo Herman Miller conçu par Irving Harper utilisé dans une publicité de 1948.© imjustcreative.com

 

Georges Nelson a du talent mais c’est aussi une personnalité qui a de l’entregent. Après sa nomination honorifique chez Herman Miller, il convaincra d’autres personnalités marquantes du design de développer leurs projets chez le fabricant américain. Parmi les plus célèbres, citons Isamu Noguchi (américano-japonais, 1904-1988), Charles et Ray Eames, Alexander Girard (américain, 1907-1993) et… Irving Harper. C’est ainsi qu’en 1947, Irving Harper intègre l’équipe de Georges Nelson, à ses débuts comme responsable du design publicitaire de la marque – ce pourquoi Herman Miler lui doit son fameux M -, puis comme spécialiste du design intérieur.

Un jour de 1954, dans les bureaux d’Herman Miller, l’équipe de Georges Nelson reçoit des cartons contenant des mousses de forme et de tailles différentes. Les fabricants de mousse avaient alors pour habitude d’envoyer des échantillons chez le fabricant de meubles. Un carton contenant des coussins ronds en mousse blanche attire l’attention d’Irving Harper. Ressemblant à des marshmallows blancs, Irving Harper commence à s’amuser avec lorsque Georges Nelson alors présent, lui suggère de réfléchir à une structure pour supporter ces étranges coussins blancs. La légende est en marche…

Irving Harper, motivé, conçoit en un week-end un canapé composé des fameux coussins en mousse blanche, supportés et reliés entre eux par une structure de métal. Les petits coussins de forme circulaires sont placés à intervalle régulier sur une trame métallique qui se veut discrète. Au final, Harper et Nelson décide de fixer 18 des coussins en mousse sur la structure.

D.J. De Pree valide l’idée et la société Herman Miller se lance dans la production et la commercialisation du fameux canapé dès 1956. Parce que les ronds en mousse sont encore coûteux à l’époque, et que l’assemblage prend du temps, le fabricant de meubles positionne le Marshmallow Sofa comme un produit de luxe. Malheureusement, entre 1956 et 1961, Herman Miler ne produira que 186 modèles du canapé. L’échec commercial est patent. Herman Miller attendra les années 80 pour rééditer le sofa historique, avec un modèle de 52 pouces, dans sa gamme « Herman Miller Classics ».

marshmallow-sofa

© vitra.com   

herman-miller-marshmallow

Nelson Marshmallow Sofa, Assise lounge. Il s’agit du modèle en vente aujourd’hui sur le catalogue Herman Miller, existe aussi en rouge. © Herman Miller, Inc

 

À l’origine, le canapé Marshmallow comportait des coussins de couleur uniforme, mais Herman Miller comprit rapidement l’intérêt d’assembler des coussins de couleurs différentes. Ce qui lui donne, indiscutablement, un look immédiatement reconnaissable. Astucieusement, les coussins se détachent pour faciliter le lavage et on peut jouer sur les couleurs en les interchangeant. Autre ruse : la possibilité de rajouter un connecteur composé de 6 coussins entre deux canapés. Si vous suivez bien, la nouvelle configuration offre donc un canapé composé de 42 coussins au total puisque le canapé original est composé de 18 coussins ! Un détail qui a de l’importance pour détecter une pièce originale d’une contrefaçon !

 

marshmallow-connecteur

Les dimensions officielles du Marshmallow Sofa. En dessous le connecteur composé de 6 coussins. © vitra.com

 

Côté design, l’assise emprunte au style « atomique » rappelant la représentation symbolique des composants d’un atome. Pour l’anecdote, le fabricant suisse de mobilier design Vitra concevra un exemplaire unique du Marshmallow Sofa pour l’Atomium de Bruxelles, le célèbre bâtiment emblème de la ville dont l’architecture se compose d’une charpente d’acier portant neuf sphères reliées entre elles et revêtues, à l’origine, d’aluminium.

 

marshmallow-canape

Marshmallow Sofa, édition spéciale Vitra pour l’Atomium © vitra.com

 

Le Marshmallow Sofa est une pièce qui révolutionna l’histoire du design. Ou comment transformer un canapé en un objet tridimensionnel. Novateur car il préfigure, à sa manière, le mouvement « Pop –Art », raison pour laquelle certains le considèrent comme une œuvre d’art à part entière. Ses créateurs ont fait appel à des technologies nouvelles, notamment avec l’emploi de la fibre de verre – du plastique renforcé de verre – qui permet de construire et assembler des formes originales.

Irving Harper et Georges Nelson ont aussi repris à leur compte le souci de l’épure chère à l’esprit du Bauhaus. Pour autant, au-delà de son apparence particulière qui ferait croire qu’il est inconfortable, il n’en est rien ; le canapé est très confortable. Enfin, les fameux ronds semblent flotter en apesanteur, ce qui fait le charme de cette pièce exceptionnelle.

Le Marshmallow Sofa revendique un style particulier, l’assemblage de parties indépendantes, des éléments colorés, en l’occurrence des coussins multicolores. Il est le témoin d’une époque, les années 50, où règne une grande diversité dans l’emploi des matériaux et de formes sculpturales. Il n’est ainsi pas interdit de penser que le Marshmallow Sofa renvoie à une création antérieure de Georges Nelson : sa série d’horloges domestiques entamée dès la fin des années 40. Charles et Ray Eames eux aussi designers employés par la firme Herman Miller, ont développé ce style « éclaté » et coloré avec leur fameux porte-manteaux Hang-It-All, toujours dans les années 50. Comme pour le Marshmallow Sofa, des éléments séparés, ici des boules de bois aux couleurs vives, portées sur une structure métallique, remplacent avec gaieté la patère classique.

 

horloge-nelson

Horloge Ball clocks, Georges Nelson, 1948-1960. © vitra.com

porte-manteau-eames

Porte-manteaux multicolore, Hang It All, Charles & Ray Eames, 1953. © vitra.com

 

Si le Marshmallow Sofa désigne systématiquement Georges Nelson comme son designer, nul doute que son créateur est Irving Harper. John Pile, un designer qui a travaillé pour la société Georges Nelson & Associés nous éclaire sur ce point. Si la politique de Georges Nelson consistait à attribuer le nom du designer effectivement à l’origine d’un meuble dans les publications officielles, en revanche, c’était bien le nom de Georges Nelson et de sa société qui figuraient systématiquement sur les exemplaires commercialisés. C’est pourquoi on associe trop souvent, à tort, Georges Nelson comme étant l’unique dépositaire de la fameuse assise.

Irving Harper quitta Georges Nelson Associates en 1963 pour fonder, avec le designer Philip Georges la société Harper+Georges. Philipp Georges est essentiellement connu pour avoir réalisé les intérieurs de restaurants américains prestigieux. Ensemble, Harper et Georges ont été les designers attitrés de la compagnie aérienne Braniff International, disparue depuis. Retraité en 1983, Irving Harper mourut l’année dernière à l’âge vénérable de 99 ans.

 

design-avion

Différents appareils de la Braniff International. Irving Harper et Philipp Georges ont collaboré avec la compagnie pour concevoir un code couleurs original. ©  airlinebuzz.com

 

Ecrit par François Boutard