Se cultiver

Mobilier vintage : comment expliquer son succès ?

mobilier vintage

Depuis quelques années, les nouvelles générations plébiscitent le mobilier vintage au détriment des antiquités. Quelles sont les raisons de ce phénomène grandissant ? Découvrez l’explication dans cet article qui explore les origines du mobilier vintage et les raisons de cet engouement.

 

L’origine du terme « vintage »

image retroIssu de l’ancien français « vendange » et ayant subi une altération sémantique et de prononciation, le mot « vintage » est un anglicisme provenant du monde de l’œnologie. Il désigne en anglais un vin de grande qualité, un grand cru, notamment par rapport à son âge ou son millésime. S’il est officiellement apparu dans le dictionnaire Le Robert en 1967 pour désigner un « millésimé », aujourd’hui, le terme a beaucoup évolué et désigne toute chose d’occasion : vêtement, mobilier ou bien encore voiture d’époque. Selon la définition du Larousse actuel, vintage « Se dit d’un vêtement, d’un accessoire, etc., des décennies précédentes, remis au goût du jour ».

 

Un meuble peut être qualifié de « mobilier vintage », à condition qu’il ait au moins 20 ans d’âge et qu’il ait été créé après les années 40 (antérieur, on parlera de style Moderniste, Art-déco, Art-nouveau, etc…puis d’antiquité). Un mobilier « vintage » est donc une pièce de mobilier d’époque, datant du 20e siècle. Il s’agit donc d’un meuble qui a traversé le temps, qui témoigne d’une histoire forte, qui propose une ligne caractéristique des différents courants apparus dans le mobilier durant le 20e siècle.

 

De nos jours, on classe aussi bien sous l’appellation« mobilier vintage » des meubles signés de grands designers que des pièces anonymes dîtes « tout venant », n’utilisant pas d’essences de bois ou matières nobles. Lorsqu’une pièce est signée ou qu’elle comporte un travail de design, des matériaux précieux, elle possède une certaine côte sur le marché. On parle alors de « mobilier design du 20e siècle » plutôt que de « mobilier vintage », car il est le résultat d’un vrai travail de recherche mené par un designer. Ces pièces sont celles qui influencent encore les créations modernes du 21e siècle.

 

Pourquoi le mobilier vintage a t-il autant de succès ?

Le mobilier vintage connait un succès de plus en plus important, c’est un fait. Mais quelles sont les raisons de ce succès ? Tentative de décryptage…

De nombreux facteurs peuvent expliquer le succès grandissant que connaissent les meubles vintage. En voici les principaux :

  • D’abord et incontestablement, les lignes uniques et originales du vrai mobilier vintage et design du 20e siècle, une véritable révolution qui continue d’influencer les designers contemporains.
  • D’autre part, pour les pièces de bonne facture, des techniques de fabrication de qualité associées à des matériaux nobles (teck, palissandre, laiton, fonte d’aluminium, etc.) garantissant qualité et longévité des meubles produits à l’époque.
  • Une denrée de plus en plus rare et des pièces de collection. Il existe donc un plaisir certain à acquérir une pièce des années 50 ou 60.
  • Une côte sur le marché pour les pièces signées. Votre acquisition signée ne perdra pas de valeur, ou même en prendra avec le temps ! Chose que l’on peut rarement obtenir avec du mobilier neuf qui perd 20 à 30% de sa valeur à la sortie du magasin.

 

On peut ajouter à cela :

  • Un style qui rassure dans une période de repli économique comme celle que nous vivons sur fond de crise mondiale et d’inquiétude sur l’avenir…
  • Des meubles qui apportent une touche d’originalité, un cachet unique et intemporel à votre intérieur, surtout lorsqu’on les associe à du mobilier contemporain.
  • En France, l’histoire du meuble est séculaire et extrêmement riche. L’influence du style « classique » et des antiquités a longtemps été de mise : Louis XV, Napoléon, Empire, Directoire…autant de styles qui ont habillé nos intérieurs pendant des siècles. Mais les nouvelles générations boudent les styles antiques, qu’ils jugent poussiéreux et ringards. La nouvelle référence en matière de meuble ancien est le 20e siècle, pas le 19e ou le 18e qui véhiculent une image poussiéreuse et désuète, en inadéquation avec les jeunes (et moins jeunes) actifs.

 

« Il y a une perte de la foi en l’avenir, en la grande valeur de progrès », Michel Maffesoli, sociologue.

 

Mobilier vintage, antique, ou rétro ?

mobilier vintage ou retro

« Rétro » et « antique » sont deux termes souvent employés pour qualifier des meubles présentant un style ancien, si bien que la confusion peut rapidement intervenir avec le terme « mobilier vintage ». Pourtant, ces notions possèdent des sens bien différents : si les meubles « antiques » désignent en effet le mobilier ayant plus de 100 ans d’âge selon les définitions communes, le « rétro » qualifie quant à lui les créations contemporaines s’inspirant des courbes, des couleurs et des tendances caractéristiques des années 50, 60 et 70. Un meuble « rétro » n’est donc pas un meuble « vintage », puisqu’il est contemporain de par son époque de production.

 

Plusieurs époques, plusieurs styles

Le mobilier vintage peut être de différents styles, selon l’influence sous-jacente (moderniste, après-guerre, memphis, etc.) qui le caractérise.  Les matières, couleurs et formes sont autant d’éléments distinctifs qui permettent de dater un mobilier vintage.

 

  • Le mobilier vintage des années 50 : Il se caractérise par des courbes légères, minimalistes et élancées mais surtout par la présence du métal, matériau lancé par des designers comme Pierre Guariche ou Jacques Dumond en France.

 

  • Le mobilier vintage des années 60 : Elles voient l’avènement de la consommation de masse, via les quantités industrielles importées principalement des Etats-Unis et l’utilisation de nouveaux matériaux : bakélite, plastique moulé, ABS apparaissent dans les créations des designers. La couleur est de plus en plus employée et les formes organiques inspirées de la nature commencent à apparaitre.

 

  • Le mobilier vintage des années 70 : Il s’inscrit dans la continuité de la philosophie phare des années 60 : l’esprit libre. Les formes sont originales, les motifs psychédéliques et les couleurs « flashy ». Le style de l’époque défie les codes, le plastique et ses dérivés sont employés en masse. En complément, le formica, l’inox ou encore le plexiglas sont particulièrement présents.

 

  • Le mobilier vintage des années 80 : Ils sont caractérisés par des couleurs « fluo » et plus généralement des couleurs vives. La contestation de la société de consommation et de l’individualisme sont retranscrits à travers les différentes créations et le souhait majeur des amateurs est de marquer leur différence par l’acquisition de ces nouveaux design.

 

Effet de mode ou tendance durable ?

En France et dans de nombreux autres pays une nouvelle façon de consommer est apparue, l’ère de l’hyperconsommation est révolue; l’écologie, le durable et le « green » sont de mise. L’occasion et le mobilier vintage font logiquement partie des nouveaux modes de consommation qui s’installent de façon durable dans notre quotidien.

« Les gens en ont ras-le-bol de la consommation Kleenex », Nathalie Rozborski, directrice conseil pour le bureau de style Nelly Rodi.

L’achat d’un meuble vintage traduit dans l’esprit de son acquéreur une volonté de consommer de façon plus responsable, plus écologique. Un meuble vintage rassure et symbolise un retour aux sources, une nécessité de se tourner vers des valeurs refuges, d’affirmer un style et de varier les inspirations pour une décoration d’intérieur aux diverses influences, cosmopolites et intemporelles.

Et dans vingt ans, le mobilier vintage sera-t-il toujours d’actualité ? Et bien oui, puisque le mobilier neuf d’aujourd’hui est le mobilier vintage de demain ! Tout comme la mode, le mobilier vintage suit des tendances et des courants cycliques qui réapparaissent au fil du temps, avec des pièces indémodables qui traversent les époques.

 

Rééditions, inspirations et copies

Les meubles vintage originaux sont largement reproduits de nos jours, sous différentes formes, légales ou totalement illégales.

 

  • La réédition est une reproduction légale d’un fabricant visant à refabriquer puis distribuer les pièces dessinées et pensées par les grands designers du 20e siècle une fois les droits et licences acquis. Le modèle produit par le fabricant est donc parfaitement conforme au modèle d’origine, tant par son style que par sa qualité. La réédition est donc tout à fait légitime et de nombreux fabricants se prêtent au jeu de la réédition, surfant sur le succès du mobilier vintage. Mais les tarifs sont incomparables avec l’original : à l’exception des pièces de collection (qui ne le seront plus s’il y a réédition…), une pièce neuve rééditée vaut souvent bien plus chère qu’une pièce d’époque.

 

  • Les meubles d’inspiration vintage quant à eux sont aussi de plus en plus nombreux. Le succès du mobilier vintage a entrainé la création de nombreuses sociétés proposant des meubles d’inspiration vintage, dans le style de, du « faux vrai » en quelque sorte. Les formes et les couleurs rappellent fortement celles du mobilier ancien, les pièces sont très inspirées des icônes du design, mais quelques centimètres d’écart dans les courbes permettent de respecter les règles imposées par la loi. La législation est claire, le terme « inspiré de » doit être mentionné afin que le meuble ne soit pas considéré comme une copie et les lignes doivent être différentes bien sûr. Bien que de style similaire, la grande qualité d’un meuble vintage ne peut être retrouvé dans un meuble fortement inspiré.

 

  • Les copies : cependant certains vendeurs peu scrupuleux exerçant principalement sur internet, pillent tout simplement le travail de création réalisé par les grands designers du 20e siècle. Ils n’hésitent pas à proposer des copies et jouent sur l’ambigüité des termes affichés sur leurs sites afin de tromper les acheteurs. Contrairement aux sites proposant des inspirations, ceux-ci sont parfaitement interdits. Si le prix est cassé et peut donc paraître alléchant, c’est fait au détriment de la qualité. Les matières utilisées sont fragiles, moins esthétiques, la durée de vie du meuble sera donc réduite et la casse fréquente. Sans parler des normes électriques non respectées qui présentent un danger d’électrocution. S’il existe le moindre problème, il sera impossible d’espérer un service après-vente puisque aucune garantie n’est proposée par ces sites. Finalement, contrairement au meuble vintage, la copie perd de sa valeur très rapidement et ne représente pas un investissement pérenne dans le temps. Cela étant dit, c’est à chacun de voir en fonction de sa bourse et de ses convictions…

 

Conclusion

Si le terme originel provient de l’univers viticole et des vendanges, il n’existe aucune définition universelle car le terme « vintage » est aujourd’hui employé à tort et à travers dans tous les domaines d’activité. On peut expliquer son succès par différentes raisons, les principales tenant au charme unique et au supplément d’âme qu’ils apportent à leur propriétaire, au côté durable et rassurant qu’ils procurent en ces temps incertains, à leur côte grandissante sur le marché, etc.

Et ce phénomène n’est pas prêt de s’arrêter si l’on en croit les sociologues et décorateurs, et si l’on regarde autour de nous : dans le nord de l’Europe – Belgique, Hollande, Allemagne, Danemark, Suède – l’histoire du meuble est différente. Le design a connu un essor beaucoup plus tôt qu’en France, et tout le monde possède du mobilier design et du mobilier vintage. C’est un peu leur standard à eux. La France a beaucoup de retard et la pénétration du design et du mobilier vintage dans l’hexagone va s’intensifier dans les prochaines décennies.

Quant aux copies et meubles d’inspiration, s’ils ne vont pas dans le sens des grands éditeurs historiques du design, ils ont au moins le mérite de permettre au plus grand nombre de découvrir les origines du design, et de démocratiser le nouveau style qui s’impose dans l’hexagone : le design et le mobilier vintage.