S'inspirer

Rencontre avec Emilie Bonaventure

emilie-bonaventure-decoration-design-interview

Il y a maintenant quelque temps, nous avons découvert l’agence de décoration Be-Attitude et la boutique Personnel & Friends fondées par Emilie Bonaventure. Conquis par le travail de la talentueuse décoratrice, scénographe et entrepreneuse, nous avons souhaité la rencontrer afin d’en apprendre plus sur son lien étroit avec la décoration d’intérieur. 

 

Comment est venue votre passion pour la décoration d’intérieur ? Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Je savais dès mes 13 ans que je souhaitais devenir décorateur. La lumière magnifique du Sud de la France découverte en 1987 est rapidement devenue ma source d’intérêt pour la peinture, les artistes du XIXe et la naissance de la modernité, thèmes auxquels j’ai consacré mes travaux de recherche à l’Ecole du Louvre puis à l’université.

Mes rencontres avec Chahan Minassian, Antoine Broccardo et Jacques Lacoste m’ont par la suite permis de donner libre cours à ma passion pour l’objet et le mobilier européen et américain, de l’Art & Craft au design contemporain. Je suis passionnée par le dialogue entre les objets et leurs environnements. Ils racontent l’histoire de leur propriétaire.

Je suis également très intéressée, curieuse et admirative du travail d’Andrée Putman, du modernisme et du fonctionnalisme des années 30, et de tous les courants esthétiques aux sources du 20eme siècle.

 

appartement-emilie-bonaventure

© Photo de Nicolas Matheus

Comment définiriez-vous le style de votre intérieur ?

Avant l’ouverture de mon studio-boutique il y a deux ans, je travaillais chez moi depuis 10 ans. J’y passais donc beaucoup de temps.

Il fallait qu’il me ressemble, qu’il soit cosy et reposant, tout en restant opérationnel pour mon travail de décorateur scénographe. Le blanc et les couleurs claires sont prédominants dans les espaces de détente comme la chambre ou le salon car cela repose mes yeux qui sont, tout au long de la journée, extrêmement sollicités. Des textures douces et des matériaux de qualité renforce le sentiment d’un cocon ou le temps décélère (mais jamais ne s’arrête).

Je voulais que la cuisine contraste avec le reste de l’appartement. Je la souhaitais aussi belle que fonctionnelle. Elle est donc noire, avec un détail original : de la moquette au sol. On pourrait penser qu’elle se détériorerait très vite, mais comme je suis quelqu’un de précis, même en cuisine, ma moquette n’a pas une tâche !

Vous l’aurez compris, je ne pourrai pas donner un style identifiable à mon intérieur, mais comme tous ceux que je peux créer, disons que c’est un écrin chaleureux, accueillant et chic. Chaque objet de ma collection chaque détail reflète ma personnalité, mes goûts, mes influences et raconte une histoire.

 

Quelles sont les dernières pièces design que vous avez acheté ?

Un très beau fauteuil de Borge Mogensen, un fauteuil Swan de Jacobsen dessiné pour le Royal Hotel de Copenhague en 1958, et une très belle console suspendue en lame d’inox de Roger Landault.

 

Quels sont vos designers du 20e siècles préférés ? Avez-vous une pièce iconique de prédilection ?

A travers mes collaborations en tant que scénographe, j’ai eu la chance de mettre en scène énormément des pièces de design qui sont des icônes de l’histoire des arts décoratifs. La liste des créateurs que j’affectionne particulièrement est longue mais je dois citer en premier lieu Jean Royere pour lequel j’ai une affection et une connaissance particulière.

C’est la même chose pour Pol Chambost dont je connais très bien l’Oeuvre. Mais j’aime également le Mobilier scandinave et les créations italiennes de Gio Ponti, ou bien Piero Fornasetti. En fait, il y en a tellement…Quand on aime, on ne compte pas…

pieces-icones

Pichet « 837 », P. CHAMBOST – années 50 | Chaise « Superleggera », G. PONTI – 1950

 

Quel est le projet dont vous êtes la plus fière ? Pourquoi ?

J’affectionne tout particulièrement mes projets de restaurant car, issue d’une famille de restaurateurs, la gastronomie a toujours été pour moi une vraie passion.

Ce sont toujours d’importants défis à relever, que ce soit en termes d’ergonomie ou de contraintes techniques et esthétiques. J’essaie toujours de travailler de telle sorte que le décor du lieu s’accorde parfaitement à la personnalité et aux goûts du chef. C’est un écrin qui, je pense, doit être suffisamment juste et équilibré pour s’effacer et entrer en résonance avec la cuisine du chef.

Frenchie Covent Garden a été une étape importante pour moi en 2016. Avec Greg et Marie Marchand, nous avons travaillé un an d’arrache-pied sur ce projet, après avoir refait le Frenchie Paris, l’année précédente. Un second projet est toujours plus fort car on se connaît mieux. On peut donc accomplir plus. Nous sommes enchantés de son succès et de ce qu’il est devenu en moins d’un an : un incontournable de la scène gastronomique londonienne.

emilie-bonaventure-frenchie-covent-garden-londres-1

Frenchie Covent Garden © Photo de Nicolas Matheus

 

Comment décririez-vous le style de vos décorations ?

Je préférerais les qualifier de décors, plus que de décoration. Les lieux que j’imagine sont très ancrés dans leur temps et dans leurs lieux. Le décor fait corps avec son architecture, cela n’a pas l’air ajouté ou sur ajouté. Architecture d’intérieur, scénographie, design, art décoratif, art contemporain, mode et gastronomie définissent l’ADN culturel hybride de mon studio. Je suis à la fois décorateur-scénographe, directeur artistique, concepteur et créateur… Un positionnement transversal dont l’écoute et le sur-mesure font l’unité. C’est déterminant pour moi que l’expérience soit vécue comme un tout.

 

Pourriez-vous nous en dire plus sur vos futurs projets ?

Je ne parle jamais de mes projets avant qu’ils aient commencé. Un projet signé restera secret tant que je n’ai pas la certitude de le livrer en temps et en heure. C’est d’ailleurs un des engagements auxquels nous n’avons jusqu’ici jamais fait défaut. Je peux cependant d’ores et déjà vous dire que je suis très attentive à ce qu’il se passe sur la scène gastronomique, mais également hôtelière en France et à l’étranger.

 

wishlistbonaventure

1 – Ensemble de fauteuils et chaises Minotti en tissu vert, Gigi RADICE – 1950 | 2 – Cendrier italien en cristal de verre – 1950 | 3 – Service à thé néerlandais Metawa en teck et métal – 1960 | 4 – Fauteuil « Oyster » Artifort, Pierre PAULIN – 1960 | 5 – Applique Eklipta en opaline, Arne JACOBSEN – 1970 | 6 – Pichet « 837 » en céramique, Pol CHAMBOST – années 50 | 7 – Paire d’appliques scandinaves blanches en métal – 1960 | 8 – Paire de tables basses en marbre et acier chromé, Florence KNOLL – 1960  |  9 – Fauteuils « Troïka », Pierre GUARICHE – années 50

 

Vous aimeriez contacter Emilie Bonaventure pour un projet ? L’agence Be-Attitude se trouve au 22 rue Milton dans le 9ème arrondissement de Paris. Vous pouvez également la joindre par téléphone au 01 71 97 51 91 ou bien par email à l’adresse suivante : info@be-attitude.net !