Se cultiver

10 assises de légende

Fin 2018 et début 2019, le Vitra Design Museum proposait une exposition exceptionnelle intitulée : « Les chaises du pouvoir ». Elle explorait comment les approches du pouvoir politique, social et économique continuent de s’exprimer dans nos sièges. Les chaises et fauteuils ont été un terrain d’expérimentation extraordinaire pour les designers du XXe siècle, leur permettant souvent d’accéder à une reconnaissance internationale… et d’exercer à leur tour un pouvoir d’attraction auprès des grands éditeurs… Nous avons sélectionné 10 assises de légende qui continuent de fasciner…

En plus d’accueillir des expositions temporaires, comme « Seats of power » – Les chaises du pouvoir -, le design Vitra Museum possède sans doute la plus belle collection de chaises modernes et contemporaines. Ici, image du film de 90 mn dédié à 125 chaises iconiques de la collection du musée intitulé : « Titled Chair Times : A History of Seating ».
© Hook Films, courtesy of Vitra

Elle étonne et détonne toujours autant avec ses lignes géométriques, un aspect austère, quasi « militaire » et des couleurs échappées d’une peinture de Mondrian… En 1918, le designer, architecte et ébéniste néerlandais Gerrit Rietveld (1888-1964) frappe fort avec La chaise rouge et bleue, ou chaise Rietveld. Un moment Compagnon de route du mouvement artistique batave De Stijl, Rietveld redéfinit la modernité. La chaise Rietveld est le symbole de l’esthétique néoplastique prônée par Piet Mondrian et Théo van Doesburg.

Chaise rouge et bleue, design Gerrit Rietveld. Pour être exact, Rietveld dessine en 1917 une 1ère version de la fameuse chaise. Ce n’est qu’en 1923 qu’il lui donnera ses couleurs primaires, après avoir rejoint officiellement le mouvement De Stijl et rencontré Piet Mondrian. © Cassina

Rendons à César ce qui est à César. Ainsi pourrait-on introduire la présentation de la cultissime chaise longue LC4 encore appelée Chaise Longue. Charlotte Perriand (1903-1999), avec sa fameuse chaise longue à réglage continu, réalise une de ses premières pièces pour et avec le grand maître Le Corbusier et Pierre Jeanneret. Un chef d’œuvre d’ingéniosité. Bien qu’officiellement signée des 3 auteurs Le Corbusier, Charlotte Perriand et Pierre Jeanneret, il faudra attendre la fin les années 2010 pour que la conception de l’assise soit reconnue comme étant l’œuvre de Charlotte Perriand.

Chaise longue LC4, design & conception : Charlotte Perriand, 1928. Pour réaliser cette pièce, Charlotte Perriand utilise des matériaux modernes pour l’époque, éprouvés dans l’aéronautique ou l’automobile (tubulures métalliques chromées). © Cassina
Charlotte Perriand confortablement installée sur la Chaise longue LC4. Cliché Pierre Jeanneret. Le cadre de l’assise a été pensé pour varier la position assise et la stabiliser sans avoir recours à un système de blocage. © Pierre Jeanneret

L’histoire retiendra que le grand architecte allemand Ludwig Mies van Der Rohe (1886-1967) a conçu la chauffeuse Barcelona pour habiller avec grâce le pavillon allemand de l’exposition universelle de Barcelone en 1929. Mais la célèbre chauffeuse si classieuse a aussi été conçue avec sa plus fidèle collaboratrice : Lilly Reich (1885-1947). La « Barcelona », encore considérée comme l’une des œuvres les plus emblématiques des arts décoratifs du XXème siècle, reste un modèle d’élégance intemporelle.

Chauffeuse Barcelona, design : Ludwig Mies van der Rohe & Lilly Reich, 1929. Le piétement en X, l’utilisation de l’acier chromé et du cuir, font de la chaise Barcelona un modèle distingué. Aujourd’hui la Barcelona est fabriquée en Italie sous licence par l’entreprise américaine Knoll. © Knoll

Attention, modèle culte ! À tel point que l’assise que nous vous présentons maintenant s’est vue décernée le titre de « la plus belle chaise du monde » par le magazine American Interiors en 1950. En 1949, le designer danois Hans Wegner (1914-2007) dessine la Round chair, une assise marquée par la simplicité et l’élégance des formes fonctionnelles, desservies par une menuiserie parfaite. Pour Wegner : « une chaise ne se regarde pas de derrière. Elle doit être belle sous tous les angles. » La Round chair, icône du design scandinave, s’oppose à la froideur métallique du style Bauhaus.

: La Round chair, design Hans Wegner, 1949. Modèle en freine traité au savon. Photographie © Jens Mourits Sørensen.
Paire de Round chair, modèles en chêne © 1StDibs

Eux sont devenus des icônes du design américain et mondial. Charles & Ray Eames (1907-1978 / 1912-1988) ont influencé le design d’après-guerre grâce à leurs travaux sur le contreplaqué moulé. En 1956, ils décident de moderniser le fameux fauteuil club anglais, et créent pour l’éditeur Herman Miller le Fauteuil Lounge chair aussi appelé Eames Long Chair & Ottoman. Son succès est dû à sa superbe coque moulé de bois contreplaqué de palissandre qui se marie à merveille avec le cuir. Et quel confort !

Fauteuil Lounge chair et son ottoman, design Charles & Ray Eames pour Herman Miller, 1956. Les Eames ont fait plus que revisiter le fauteuil club anglais… Plus moderne, légère et élégante, la Lounge chair est devenue un grand classique du design vintage. © Vitra
Incroyable photographie du couple Eames. Ray est confortablement allongée sur la Lounge chair dont le siège, incliné, permet de soulager la colonne vertébrale. © Vitra

2 ans plus tard, c’est le design organique qui triomphe avec la Egg chair de Arne Jacobsen (1902-1971) conçue pour le hall et les espaces de réception du Royal Hotel, à Copenhague. La Egg chair symbolise à merveille le côté « douillet », intrinsèque au design scandinave : une assise enveloppante et confortable qui assure une certaine intimité à l’usager. Idéale pour les salons et les zones d’attente, ainsi que pour la maison où sa sculpturalité poétique fait merveille !

Chaises Œuf « Egg chair », design Arne Jacobsen pour l’éditeur danois Fritz Hansen, 1958. En 2021, Fritz Hansen a introduit 4 nouvelles finitions pour la base, en plus de l’aluminium satiné classique. © Fritz Hansen

Autre icône du design scandinave, la Ball chair (en français appelé parfois « Chaise-Globe ») est un fauteuil conçu en 1963 par le designer finlandais Eero Aarnio (1932). La Ball chair est emblématique du vent de modernité qui souffle sur le design des années 60, en plein triomphe du Pop art. Son allure futuriste en fait un objet de collection particulièrement recherché, un look unique !

Ball chair, design Eero Arnio, 1963, lancée sur le marché par l’éditeur Asko en 1966. Pour concevoir sa chaise, Aarnio a utilisé la fibre de verre qui confère à son assise une forme à la fois libre et élastique © Dominidesign

En plein milieu des années 60 qui voit de nouvelles matières apparaître comme le plastique et ses dérivés, mais aussi la mousse de polyuréthane (caoutchouc mousse synthétique) qui permet aux designers de l’époque toutes les audaces en matière de formes, le designer Olivier Mourgue (1939)

fait mouche avec son fameux fauteuil Djinn. Une silhouette si futuriste qu’elle s’impose dans quelques scènes du film culte de Stanley Kubrick : 2001, L’Odyssée de l’espace, sorti en 1968.

Fauteuil Djinn, design Olivier Mourgue pour Airborne, 1964-1965. Le fauteuil Djinn est l’archétype de l’évolution du design dans les années 60 avec une armature interne en tube d’acier, un rembourrage en mousse polyuréthane et un revêtement textile déhoussable en jersey de laine mélangée. © ArtZoo

Plus proche de nous, que dire de la délicate poésie du fauteuil Miss Blanche du designer japonais Shiro Kuramata (1934-1991) ? Des pétales de roses artificielles semblent flotter dans l’espace, plus précisément dans un bloc d’acrylique (PMMA, plastique transparent) qui a été coulé dans un moule. Le point d’orgue dans la carrière d’un créateur singulier, précurseur de la transparence, alliant humour et poésie dans des pièces légères et minimalistes…

Fauteuil Miss Blanche, design Shiro Kuramata, 1988. Pour son assise, Shiro Kuramata a été inspiré par l’interprétation de Blanche DuBois (Vivien Leigh) dans le film d’Elia Kazan : Un tramway nommé désir (1951). © Phaidon
Fauteuil Miss Blanche, design Shiro Kuramata, 1988. Une assise qui dégage une présence incroyable ! © Tumblr

Enfin, nous avons sélectionné la chaise Louis Ghost du designer français Philippe Starck. Conçue au début du nouveau siècle, voici une assise qui relève le défi d’incarner à la fois le passé, le présent et le futur : l’esprit baroque au XXIe siècle ! Directement inspirée du style Louis XVI, cette chaise est faite en polycarbonate, un plastique très résistant. Légère, empilable, solide et déclinée en plusieurs couleurs, la Louis Ghost ressuscite les fantômes du passé avec une modernité insolente…

Chaises Louis Ghost, design Philippe Starck pour Kartell, 2002. ©Kartell

François BOUTARD