Se cultiver

Aino et Alvar Aalto : couple mythique du design scandinave

Si l’architecte et designer finlandais Alvar Aalto (1898-1976) est bien connu des amateurs de design pour être un des pionniers du design scandinave, on évoque moins le rôle de sa femme, Aino Aalto (1894-1949), qui pendant 25 années a pourtant œuvré aux côtés de son mari dans l’ensemble des projets de leur agence, puis dans ceux de l’entreprise Artek. Ce billet est l’occasion de rappeler qu’Aino Aalto ne fut pas que la femme de…en revisitant les travaux d’architecture, d’aménagement intérieur et de mobilier design que réalisa avec audace le couple.

Aino Marsio‐Aalto & Alvar Aalto dans le showroom Artek-Pacoe à New-York, 1940.
© Herbert Matter : courtesy of Aalto Family Collection

Aino Aalto née Marsio est de 4 années l’aînée d’Alvar Aalto. À partir de 1913, elle suit des études d’architecture à l’école supérieure Aalto d’art, de design et d’architecture d’Helsinki, d’où elle sort diplômée en 1920. Il était déjà très rare pour l’époque qu’une femme suive des études supérieures, qui plus est pour devenir architecte ! Avant de rencontrer son futur mari, Aino Marsio collabore avec succès avec plusieurs architectes dont Oiva Kallio et Bengt Schalin (architecte de jardin et botaniste) ; elle voyage aussi en Europe.

Alvar Aalto étudie aussi l’architecture de 1916 à 1921 à l’Université Technique d’Helsinki. C’est là qu’il fait la connaissance de Aino. En 1923, 2 années seulement après avoir obtenu son diplôme, il ouvre son cabinet d’architecture à Jyväskylä. 1 an plus tard, il embauche Aino en tant qu’assistante, avant de convoler avec elle en justes noces, 6 mois plus tard. Durant 25 ans, Alvar et Aino vont concevoir et créer ensemble des projets architecturaux et design majeurs pour leur époque.

Vue aérienne de la bibliothèque de Viipuri vers 1935 alors en Finlande, architecture : Alvar Aalto, 1927-1935. Une œuvre emblématique de l’architecte, expression d’un style moderne pour l’époque.
© Courtesy of The Finnish Committee for the Restauration of Viipuri Library
La bibliothèque Viipuri en 2014, restaurée en partie. Elle fait désormais partie de la ville de Vyborg, en Russie. Contrairement à la 1ère génération des architectes Modernes comme Gropius, Le Corbusier, Aalto privilégie des matériaux naturels. Pour la bibliothèque, c’est la 1ère fois qu’il associe le bois avec du béton, du stuc blanc, du verre et de l’acier. 
© Courtesy of The Finnish Committee for the Restauration of Viipuri Library and Petri Neuvonen
Bibliothèque de Viipuri, architecture : Alvar Aalto. Vue extérieure. 
© Denis Esakov
Entrée principale, bibliothèque de Viipuri, architecture Alvar Aalto.
Image © Courtesy of The Finnish Committee for the Restauration of Viipuri Library and Petri Neuvonen
Bibliothèque de Viipuri, architecture : Alvar Aalto. Salle de prêt en 2009, avant les travaux de restauration. Une des caractéristiques modernes du style « Alto » :  des ouvertures zénithales cylindriques.
Image © Courtesy of The Finnish Committee for the Restauration of Viipuri Library
Intérieur de la bibliothèque de Viipuri, architecture Alvar Aalto. Salle de conférence/réunion très innovante pour l’époque, puisque Aalto a conçu un plafond acoustique ondulant. Cet élément unique construit avec des lattes de bois devait permettre une bonne transmission du son de tous les points de la salle très longue.
© Alvar Aalto Museum, photo : Gustaf Welin, VG Bild-Kunst, Bonn, 2014
Alvar et Aino Aalto avec Aarne Erve à l’intérieur de la bibliothèque de Viipuri.
© Courtesy of The Finnish Committee for the Restauration of Viipuri Library
Bibliothèque de Viipuri, intérieur, architecture : Alvar Aalto, 1927-1935.
© Wiki Arquitectura

Bibliothèque de Viipuri, intérieur, 2015. Architecture : Alvar Aalto, 1927-1935.
© Massis Sirapian

Si la réalisation de la bibliothèque de Viipuri (photos ci-dessus) est généralement mise au crédit d’Alvar Aalto, les 2 architectes collaboraient de façon si étroite sur chaque projet, qu’il était parfois difficile de distinguer quelles œuvres étaient d’Alvar ou d’Aino. 4 projets essentiellement architecturaux vont marquer la carrière du couple : la réalisation et l’aménagement du Sanatorium de Paimio (1928-1933), la décoration intérieure du restaurant Savoy (1937), la conception de la Villa Mairea (1938-1939), et la réalisation du pavillon finlandais à l’Exposition Universelle de New-York (1939).

Sanatorium de Paimio, architectes : Aino & Alvar Aalto (1928-1933). Vue sur l’aile des patients, terrasses exposées au soleil, années 1930.
Photo Gustaf Welin © Alvar Aalto Foundation
Sanatorium de Paimio, architectes : Aino & Alvar Aalto (1928-1933). Vue sur l’aile des patients, terrasses exposées au soleil alternant avec des espaces intérieurs. 
Photo Maija Holma © Alvar Aalto Foundation
Sanatorium de Paimio, architectes : Aino & Alvar Aalto (1928-1933). Dernier étage en terrasse, 1933.
Photo Gustaf Welin © Alvar Aalto Foundation
Sanatorium de Paimio, architectes : Aino & Alvar Aalto (1928-1933), vue de l’intérieur.
© Arquitectura Viva

Le Sanatorium de Paimio est considéré, au même titre que la Bibliothèque de Viipini, comme une réalisation fonctionnaliste. Les Aalto suivent certains principes de l’architecture moderne édictés par Le Corbusier, comme le toit-terrasse. En revanche, il exprime la croyance du couple dans un design humaniste, d’où la conception de longs balcons exposés au soleil jusqu’où l’on pouvait tirer le lit des patients tuberculeux. Une terrasse-solarium fut imaginée pour permettre aux malades les plus solides de prendre l’air.

Qu’est-ce qui définit le style architectural des Aalto ? Outre une approche humaniste forte, on peut même parler avant l’heure de design adapté à l’expérience utilisateur : pour le sanatorium, Alvar Aalto et sa femme ont ainsi passé du temps à imaginer des espaces du point de vue des patients tuberculeux allongés dans leur lit ; pour la Bibliothèque Viipuri, les espaces de lecture sont aménagés sous verrière, l’auditorium est pensé avec un plafond ondulant aux qualités acoustiques. Une attention particulière est portée à l’éclairage naturel et les espaces de vie sont souvent très aérés. Ils défendent un design humaniste, un peu à contre-courant du design rigoriste qu’ils jugent trop « froid » prôné par l’avant-garde européenne (Walter Gropius, Mies van der Rohe, Marcel Breuer). Aux lignes géométriques, les Aalto privilégient les lignes courbes organiques.

Maquette du pavillon finlandais, vue partielle sur l’une des façades intérieure composée d’un mur oscillant en bois dynamique, Exposition universelle de New York, 1939, architectes : Aino et Alvar Aalto. 
© Alma Reyes

Photo d’époque du fameux mur en bois conçu pour le pavillon finlandais, Exposition universelle de New York, 1939. Architectes : Aino et Alvar Aalto. Ce mur qui semble s’incliner et envelopper les visiteurs est composé de fines bandes de bois qui laissent passer la lumière. Une « œuvre de génie » selon le célèbre architecte américain Frank Lloyd Wright avec qui les Aalto partagent le goût pour un design qui rapproche les hommes et la nature.

En 1935, les Aalto, la galeriste d’art Maire Gullichsen et l’historien d’art Nils-Gustav Hahl fondent la société Artek, spécialisée dans les meubles en bois lamellé cintré, pour diffuser le mobilier créé par le duo d’architectes dans le cadre de projets architecturaux. Alvar Aalto et son épouse conçoivent en effet la réalisation d’un bâtiment comme une œuvre d’art totale, ce qui englobe la conception des surfaces intérieures, des meubles, lampes, verrerie, jusqu’aux tissus. L’intérieur du restaurant Savoy et la conception de la Villa Mairea sont des exemples concrets de cette approche globale.

Photographies du Restaurant Savoy, 1937. La décoration intérieure du restaurant est réalisée par Aino Aalto, Alvar Aalto et Dora Jung avec la société Artek. 
Image © Artek
Le Restaurant Savoy en 1937.
Image © Artek

La Villa Mairea à Noormarkku, en Finlande, architecture : Alvar Aalto & Aino Aalto, 1937-1938. Le bâtiment offre un plan en U comprenant un espace d’habitation en L à l’est, et un sauna à l’ouest, reliés par une galerie couverte d’un toit végétal. Les Aalto avaient pour philosophie de concevoir des maisons qui s’intègrent à leur cadre naturel. Le rapport entre l’homme et la nature est pour eux essentiel.
©Armin Linke

Villa Mairea à Noormarkku, Finlande, architecture : Alvar Alato & Aino Aalto, 1937-1938. Vue sur l’escalier intérieur de la Villa, un hymne au bois.
© Armin Linke

La décoration du Savoy est marquée par la réalisation du Vase Savoy, devenu un objet iconique du design moderne. L’objet témoigne de l’engagement des Aalto pour un design organique, marqué par des lignes rythmiques et des formes fluides qui trouvent leur inspiration dans la nature. C’est une caractéristique de leur travail qui marque une différence par rapport au développement concomitant de l’esthétique très « brute » du style architectural international et qui les rapproche du style de Frank Lloyd Wright.

L’emblématique Vase Savoy, design Alvar et Aino Aalto, 1936, aussi appelé Vase Aalto (en finnois aalto signifie « la vague »).
Image © Artek

Une contribution importante des Aalto à l’histoire du design est leur apport au développement de nouvelles méthodes pour coller et courber le contreplaqué. Ils déposent ainsi plusieurs brevets sur le cintrage du bois. Rappelons que les Aalto viennent d’un pays où la tradition du travail sur bois est très ancrée. Alvar Aalto refusent par exemple d’utiliser lestubes métalliques et autres matériaux artificiels utilisés par l’avant-garde européenne, qu’il jugeait trop éloignés de la nature. Ils lancent sur le marché des sièges innovants sur le plan technique, comme le fauteuil no 41 (le fameux fauteuil Paimio), le no 31 (1931-1932), tous 2 conçus en porte-à-faux. Pour la 1ère fois, les pieds sont ancrés sous l’assise sans utiliser un châssis ou une structure supplémentaire. 

Alvar Aalto, Fauteuil Paimio modèle N°41, 1931-1932, conçu pour l’aménagement du Sanatorium Paimio. Une assise conçue dans l’esprit d’offrir aux patients une position idéale.
© Art Design Tendance

Fauteuil Artek 42, design Alvar Aalto, 1932. Les expérimentations d’Aalto sur le contreplaqué collé et courbé aboutit à la création de sièges à la fois fonctionnels et confortables.

Alvar Aalto, 1935. La chaise 68 peut être empilée jusqu’à 4 chaises et est actuellement disponible chez l’éditeur Artek avec rembourrage et dans une variété de couleurs et de finitions.

La formidable alchimie du duo Aalto prend fin brusquement en 1949, lorsque Aino décède d’un cancer. Par la suite, Alvar Aalto poursuit sa carrière d’architecte jusqu’à la fin de sa vie. La société Artek qui édite le mobilier conçu par le couple Aalto existe toujours, elle est rachetée en 2013 par l’éditeur Vitra. Alvar & Aino Aalto ont marqué de leur empreinte le design de la 1ère partie du 20ème siècle. Leurs idées associées au design organique ont grandement influencé les designers d’après-guerre comme Charles et Ray Eames.

François Boutard