Se cultiver

De Stijl : une influence radicale et avant-gardiste

Il y a 3 ans, la ville d’Utrecht aux Pays-Bas fêtait le centenaire de la création du mouvement De Stijl  (« Le style » en néerlandais). Mouvement artistique et avant-gardiste fondé en 1917 par le peintre, architecte et théoricien de l’art, Theo van Doesburg, De Stijl influença l’architecture et l’urbanisme du XXe siècle et insuffla un vent de nouveauté dans la peinture avec la volonté de créer un langage abstrait et codifié, dont la grande figure fût Piet Mondrian. Mouvement né en Hollande, ces représentants, des peintres, architectes, sculpteurs et poètes, contemporains de l’Ecole du Bauhaus, ont essaimé leurs idées durant une quinzaine d’années, à la recherche d’une harmonie universelle intégrant tous les arts. Leur désir : détruire le « baroque », soit la volonté d’en finir avec une architecture décorative par l’utilisation de couleurs et de formes « pures ». Retour sur une aventure peu ordinaire et ses protagonistes…

L’initiateur de ce mouvement, Theo van Doesburg (1883-1931), est peintre de formation et s’exprime dans un style naturaliste jusqu’en 1915. Une rencontre majeure va alors bouleverser sa vision esthétique et intellectuelle des arts majeurs. En 1915, il découvre le travail de son compatriote Piet Mondrian (1872-1944). Un choc avec une peinture qui n’est plus figurative et déjà abstraite. Ce dernier, qui a découvert le cubisme audacieux de Picasso et Braque, se tourne progressivement vers l’art abstrait, alors en pleine ébullition.

Tableau n°2, composition n°VII, huile sur toile de Piet Mondrian, 1913. Mondrian exprime déjà à cette époque une peinture abstraite.
Tableau n°2, composition n°VII, huile sur toile de Piet Mondrian, 1913. Mondrian exprime déjà à cette époque une peinture abstraite.

De son côté, Piet Mondrian est inspiré par un tableau de son compatriote Bart van der Leck (1876-1958), La Tempête (1916), qui suit déjà certains préceptes de ce que sera le manifeste De Stijl. En particulier, Piet Mondrian a l’idée de réduire les couleurs de ses prochaines toiles aux seules 3 couleurs primaires (rouge, jaune, bleu) qui figurent dans le tableau de van der Leck (en plus du noir). Il définit ce qu’il appelle le néoplasticisme, soit la pratique d’un art abstrait, austère et géométrique.

En 1917, Theo van Doesburg crée officiellement De Stijl avec Piet Mondrian et Bart van der Leck, mais aussi avec le peintre et designer hongrois Vilmos Huszár (1884-1960), l’artiste et sculpteur belge Georges Vantongerloo (1886-1965), les architectes néerlandais Robert van’ t Hoff (1887-1979), Jacobus Johannes Pieter Oud (J.J.P. Oud, 1890-1963), Jan Wils (1891-1972), ainsi que le poète et écrivain Antony Kok (1892-1969). Ce faisant, Van Doesburg lance la revue manifeste du groupe, De Stijl, qui perdurera jusqu’à sa mort en 1931, une année qui marque un point final à l’aventure De Stijl.

Revue De Stijl, 1ère de couverture avec la reproduction d’une œuvre de Theo van Doesburg : Composition 17 (1917), Septembre 1921.
Revue De Stijl, 1ère de couverture avec la reproduction d’une œuvre de Theo van Doesburg : Composition 17 (1917), Septembre 1921.
 Composition de Vilmos Huszár pour la revue De Stijl.
Composition de Vilmos Huszár pour la revue De Stijl.
 Sculpture de Georges Vantongerloo, acajou peint, Composition émanante de l’ovoïde, 1917.
Sculpture de Georges Vantongerloo, acajou peint, Composition émanante de l’ovoïde, 1917.

Quelle(s) ligne(s) directrice(s) revendiquent les acteurs du mouvement ? Ils souhaitent construire une œuvre d’art totale, via une approche multidisciplinaire dans la recherche d’un art pouvant intervenir dans tous les aspects de la vie. Concrètement, leurs idées se manifestent par l’usage unique des couleurs « pures » (bleu, jaune, rouge) et des non-couleurs (blanc, gris, noir), appliquées en aplat (couleur et luminosité uniformes) ; l’utilisation de lignes et de combinaisons de couleurs sur des surfaces planes, l’usage exclusif de lignes droites et orthogonales, de formes se limitant à des rectangles et des carrés et d’un espace dynamisé par le jeu des diagonales.

Huile sur toile de Piet Mondrian, Composition en Rouge, Jaune, Bleu et Noir, 1921. Un des tableaux les plus connus de Mondrian qui illustre à merveille le style « De Stijl » !
Huile sur toile de Piet Mondrian, Composition en Rouge, Jaune, Bleu et Noir, 1921. Un des tableaux les plus connus de Mondrian qui illustre à merveille le style « De Stijl » !
Huile sur toile de Theo van Doesburg, Contra-Composition of Dissonances, XVI, 1925.
Huile sur toile de Theo van Doesburg, Contra-Composition of Dissonances, XVI, 1925.
Huile sur toile de Theo van Doesburg, Simultaneous Counter Composition, 1929.
Huile sur toile de Theo van Doesburg, Simultaneous Counter Composition, 1929.

Les règles édictées par le mouvement De Stijl vont influencer le style Bauhaus, le style international en architecture, jusqu’à des personnalités majeures de l’époque comme Le Corbusier ou Robert Mallet-Stevens. C’est ainsi qu’en 1921, Theo van Doesburg organise en dehors du Bauhaus un cours sur les théories de De Stijl (« Stijl-Kursus »), à la demande d’élèves et d’enseignants. Les architectes Walter Gropius et  Mies van der Rohe sont séduits par les idées du mouvement qui veut associer les arts plastiques à l’architecture, au graphisme, à la typographie et au design, dans le but d’améliorer le cadre de vie de l’homme moderne.

Fauteuil en lattes de bois ti 1a, conception Marcel Breuer, 1924. Marcel Breuer, célèbre architecte et designer de renommée internationale et professeur au Bauhaus dans les années 20, s’inspire pour ce modèle aux formes géométriques des idées de De Stijl, et notamment d’un de ses plus fameux représentant : Gerrit Rietveld.
Fauteuil en lattes de bois ti 1a, conception Marcel Breuer, 1924. Marcel Breuer, célèbre architecte et designer de renommée internationale et professeur au Bauhaus dans les années 20, s’inspire pour ce modèle aux formes géométriques des idées de De Stijl, et notamment d’un de ses plus fameux représentant : Gerrit Rietveld.

Si Theo van Doesburg est le théoricien et animateur du mouvement à travers la revue De Stijl, et Piet Mondrian son représentant le plus connu pour sa peinture qui sublime le réel par la seule force de lignes géométriques et de 3 couleurs primaires, la troisième figure marquante du mouvement est Gerrit Rietveld (1888-1964). Ce designer, architecte et ébéniste originaire d’Utrecht comme van Doesburg, réalisera dans les années 20 des bâtiments et du mobilier fidèles aux théories développées par De Stijl.

En 1918, alors qu’il ne connaît rien de l’avant-garde néerlandaise, Gerrit Rietveld conçoit la chaise Rouge et Bleue. C’est en 1919 qu’il rencontre les créateurs du mouvement qu’il intègre. 5 années plus tard en 1923, il applique les principes de De Stijl en laquant l’assise avec les 3 couleurs fondamentales. Fidèle au minimalisme prôné par De Stijl, la chaise Rouge et Bleue devient une pièce majeure du mouvement et est considérée de nos jours comme une des pièces les plus emblématiques du design du XXe siècle. Elle redéfinit pour l’époque la modernité.

La légendaire Chaise Rouge et bleue de Gerrit Rietveld (1918-1923). Elle figure aujourd’hui en bonne place sur le catalogue de l’éditeur Cassina, dans la collection « Des Maîtres ».
La légendaire Chaise Rouge et bleue de Gerrit Rietveld (1918-1923). Elle figure aujourd’hui en bonne place sur le catalogue de l’éditeur Cassina, dans la collection « Des Maîtres ».
Chaise Berlin, design Gerrit Rietveld, 1923.
Chaise Berlin, design Gerrit Rietveld, 1923.
Une autre création emblématique de Gerrit Rietveld : la fameuse chaise Zig-Zag (1932-1934). Une forme minimaliste pour une assise fonctionnelle car étonnamment stable, une économie de moyens poussée à l’extrême.
Une autre création emblématique de Gerrit Rietveld : la fameuse chaise Zig-Zag (1932-1934). Une forme minimaliste pour une assise fonctionnelle car étonnamment stable, une économie de moyens poussée à l’extrême.
Table d'appoint en bois peint, conçue en 1923 par Gerrit Rietveld pour la maison Schröder, Utrecht, fabriqué par G. A. van de Groenekan.
Table d’appoint en bois peint, conçue en 1923 par Gerrit Rietveld pour la maison Schröder, Utrecht, fabriqué par G. A. van de Groenekan.

En 1924, Gerrit Rietveld est mandaté par Truus Schröder, pharmacienne de son état et impliquée au sein du mouvement De Stijl, pour concevoir sa maison qui devient la Rietveld Schröderhuis (« La maison Schröder de Rietveld ») à Utrecht. Gerrit Rietveld va y appliquer les principes de De Stijl. Le projet est un assemblage asymétrique d’éléments simples et rehaussés par les couleurs primaires, bleu, rouge et jaune. Rietveld cherche à faire une synthèse des arts entre peinture, sculpture et architecture. Il emploie la ligne droite et l’angle droit, crée des espaces de vie modulables, à la manière d’un tableau de Mondrian. Les fenêtres sont de grandes ouvertures tournées vers l’extérieur pour laisser l’espace intérieur baigner dans la lumière.

Maison Schröder, plans et conception de Gerrit Rietveld, 1924. Propriété du Centraal Museum, le musée d’art d’Utrecht, le bâtiment a été inscrit par l'UNESCO en 2000 sur la liste du patrimoine mondial.
Maison Schröder, plans et conception de Gerrit Rietveld, 1924. Propriété du Centraal Museum, le musée d’art d’Utrecht, le bâtiment a été inscrit par l’UNESCO en 2000 sur la liste du patrimoine mondial.
Autre vue de la Maison Schröder. –  'Picture by Hay Kranen / CC-BY'
Autre vue de la Maison Schröder. – ‘Picture by Hay Kranen / CC-BY
 Détail des fenêtres de la Maison Schröder qui ne s’ouvrent que dans une seule position :  90° par rapport à la façade. –  'Picture by  Sailko'
Détail des fenêtres de la Maison Schröder qui ne s’ouvrent que dans une seule position :  90° par rapport à la façade. – ‘Picture by Sailko
Intérieur de la Maison Schröder
Intérieur de la Maison Schröder

Autre réalisation architecturale exemplaire du style de Stijl : la rénovation de l’Aubette sur la Place Kléber à Strasbourg. Jean Arp et son épouse Sophie Taeuber-Arp ont la charge de moderniser l’aile droite du bâtiment, devenu un centre de loisirs défraîchi. Ils demandent alors à leur ami Theo van Doesburg de les aider à réaliser l’aménagement intérieur de l’endroit. Van Doesburg et les Arp s’accordent pour réaliser une harmonie d’ensemble suivant les règles de De Stijl. Le chantier, qui s’étire de 1926 à 1928, donne naissance à un complexe de loisirs d’un genre nouveau…

Salle du Ciné-bal de l’Aubette. Les compositions au plafond et les murs de la salle ont été exécutées en relief. Les décors géométriques ont été réalisés par van Doesburg. Les fenêtres, les portes et tous les autres éléments reflètent une orthogonalité voulue. –  'Picture by  Claude Truong-Ngoc'
Salle du Ciné-bal de l’Aubette. Les compositions au plafond et les murs de la salle ont été exécutées en relief. Les décors géométriques ont été réalisés par van Doesburg. Les fenêtres, les portes et tous les autres éléments reflètent une orthogonalité voulue. – ‘Picture by Claude Truong-Ngoc’
 Salle du Ciné-bal de l’Aubette, vue de l’Est. Le Ciné-Bal est classé monument historique en 1985.  –  'Picture by  Claude Truong-Ngoc'
Salle du Ciné-bal de l’Aubette, vue de l’Est. Le Ciné-Bal est classé monument historique en 1985.  – ‘Picture by Claude Truong-Ngoc’
Salle des fêtes de l’Aubette. Un quadrillage géométrique de l’espace saisissant ! L’aménagement intérieur du centre de loisirs a été redécouvert dans les années 70. La Salle des fêtes est classée monument historique en 1989.  –  'Picture by  Claude Truong-Ngoc'
Salle des fêtes de l’Aubette. Un quadrillage géométrique de l’espace saisissant ! L’aménagement intérieur du centre de loisirs a été redécouvert dans les années 70. La Salle des fêtes est classée monument historique en 1989.  – ‘Picture by Claude Truong-Ngoc’
L’escalier d’accès au 1er étage, une œuvre géométrique à part entière...
L’escalier d’accès au 1er étage, une œuvre géométrique à part entière…

Manifeste réaliste et quelque part utopique, des dissensions d’ordre théoriques fragmentent progressivement De Stijl qui disparaît avec la mort de Theo van Doesburg. Il reste que pour l’époque, De Stijl fut terriblement moderne, il annonçait la victoire du style international. De Stijl continue en tout cas de passionner les amateurs d’art et de design, et influence encore les créateurs contemporains.

François BOUTARD