Se cultiver

Le canapé TOGO, une pièce culte du design vintage

En 1973, le designer lyonnais Michel DUCAROY réalisait le canapé TOGO pour l’éditeur de mobilier Ligne Roset. 50 ans plus tard, cette assise au look baba cool fascine toujours autant. Alors que certains meubles des années 70 semblent totalement has-been aujourd’hui, le TOGO conserve un pouvoir d’attraction intense. Contrairement à certaines pièces emblématiques du design vintage, le TOGO a rencontré un franc succès commercial, toujours d’actualité aujourd’hui : plus d’un million de pièces vendues dans près de 72 pays ! Un best-seller mondial. Nous nous sommes donc demandé pourquoi cette assise séduisait toujours autant, revisitant au passage la collaboration fructueuse de Michel DUCAROY avec l’éditeur originaire de l’Ain.

Une allure et une silhouette qui ne passe pas inaperçue. Le canapé TOGO, conçu par Michel Ducaroy (1925-2009) ressemble à un siège-coussin qui donne instinctivement envie de s’y vautrer ou de s’y installer confortablement, selon l’humeur. C’est en 1973, au salon des Arts Ménagers, que le fabricant de meubles Roset, qui lance la même année la marque Ligne Roset, présente la dernière création de Michel Ducaroy.

Publicité pour fêter les 40 ans du Togo en 2013. Ridé par les années, mais indémodable !
©yumpu
Jusque dans les années 30, les Etablissements Veuve A. Roset fabriquent des chaises, des sièges cannés et des sièges de style. Après la guerre l’entreprise crée les 1ères collections destinées aux marchés collectifs.
©ligne-roset

Les avis au sujet du TOGO sont très partagés : soit on adhère à ce nouveau design décontracté, soit on trouve que décidément, les plis du Togo font désordre ! C’est peut-être d’ailleurs son apparence plissée, voire chiffonnée diront les grincheux, qui fait de lui un élément de décoration singulier. Toujours est-il que le siège insolite présenté par Roset remporte le prix René Gabriel, les professionnels reconnaissant une approche et un style innovant.

Pour l’époque, le TOGO détonne. Sa structure d’abord : sans armatures, au ras du sol. Son aspect : très moelleux, qui fait appel aux nouveaux matériaux de l’époque. Il est entièrement rembourré d’une épaisse et robuste mousse de polyester de 3 densités différentes (2 mousses polyéther, 1 mousse polyuréthane haute résilience), recouverte d’une housse matelassée et ouatée. Et c’est tout !

Certes, le TOGO étonne par une apparente décontraction, mais il suit l’expression d’un design français et mondial de moins en moins classique et conventionnel, dans une France post-soixante-huitarde moins corsetée. Déjà, en 1968, Michel DUCAROY signait pour Roset le fauteuil en mousse Adria, directement posé au sol. N’oublions pas non plus le contexte : un autre contemporain de Michel DUCAROY, Pierre PAULIN (1927-2009), répondait en 1971 à la demande du couple Pompidou pour aménager 3 pièces des appartements privés de l’Elysée, et amenait une drôle de citrouille au salon : la modernité au pouvoir !

Fauteuil en mousse Adria, ici nu qui peut être tapissé. Un des premiers sièges en mousse posé directement au sol. Design : Michel Ducaroy pour Roset, 1968.
©ligne-roset
Le fameux fauteuil Pumpkin (« citrouille ») créé par Pierre PAULIN pour aménager le Salon aux tableaux de l’Elysée.
©thegoodolddayz
Canapé Vintage Pumpkin 3 places, design : Pierre PAULIN. Ligne Roset réédite la fameuse assise conçue par Pierre Paulin en 1971 pour les appartements privés de Claude et Georges Pompidou à l’Elysée. La structure est en mousse de polyester collée dans de l’ABS thermoformé.

Innovant et singulier à l’époque, qu’est-ce qui fait du TOGO une icône du design vintage toujours aussi populaire ? On peut y voir plusieurs raisons. La 1ère tient à l’inventivité de l’éditeur Ligne Roset qui propose près de 900 coloris différents de l’assise, dans différentes matières : tissu, cuir, velours, daim uni ou imprimé.  Le canapé est entièrement déhoussable, ce qui permet donc de changer le revêtement à loisir pour lui donner un nouveau look suivant ses envies.

Autre argument : le TOGO est disponible en plusieurs versions et formats : en siège simple, banquette (petite ou grande), pouf ou encore chauffeuse. Il est donc possible de changer sa disposition à l’infini et de composer un mix de plusieurs TOGO dans son salon. C’est une assise qui reste très confortable au fil du temps, et sa forme, intemporelle, est immédiatement reconnaissable. Enfin, le TOGO fait rêver, car il renvoie à une époque insouciante et joyeuse. Certains se rappellent ainsi avec nostalgie des publicités décalées conçues par Ligne Roset pour en faire la promotion.

Le Togo est une pièce de design intemporelle qui s’intègre à des univers différents : ici dans un intérieur classique.
©maisonapart
Le Togo s’adapte naturellement à une décoration différente. Ici son revêtement cuir convient à un intérieur à la décoration industrielle.
©maisonapart
Le Togo dans un intérieur contemporain.
©maisonapart
Depuis 2007, Ligne Roset édite une version « junior » du Togo pour les 5-12 ans.
©ligne-roset
Visuel conçu pour les 40 ans du Togo qui résume bien ses qualités.
©docplayer
Publicité de 1974 pour le Togo. La modernité et le design du Togo accessible pour Mme Tout Le Monde !
©artediem-morlaix
Une publicité de 1975 pour le Togo qui marqua son époque. Le Togo trouve sa place dans tous les intérieurs.
©cdeco

Malgré le succès du TOGO, Michel Ducaroy restera fidèle à Ligne Roset pendant toute sa carrière. Né en 1925 à Lyon, il grandit au sein d’une famille d’industriels, créatrice et fabricant de meubles contemporains à Lyon, la maison Chaleyssin. Diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts (section sculpture), Michel Ducaroy y fera ses premières armes, avant de rejoindre en 1954 le fabricant de sièges Roset, à Briord dans l’Ain. Ducaroy dirigera pendant 26 ans le département design de Roset.

Michel Ducaroy, photographie.
©lejournaldelamaison

Qui est Roset à l’époque ? Roset est une entreprise familiale créée en 1860 par Antoine ROSET (1841-1893), arrière-grand-père des dirigeants actuels, Pierre et Michel Roset. Il démarre une petite fabrique de cannes pour ombrelle et développe son affaire. À la fin du siècle, Antoine Roset change d’activité, car la mode n’est plus à l’ombrelle. L’entreprise conçoit des pieds et barreaux de chaises en bois, avant de passer rapidement à la fabrication de chaises complètes. En 1936, Roset fabrique des sièges tapissés, principalement en cuir. Au lendemain de la guerre, Roset compte près de 50 employés et se développe dans l’industrie du mobilier pour collectivités. C’est Jean Roset qui, au début des années 70, réoriente l’activité vers le particulier, et démarre des collaborations avec des designers, dont Michel Ducaroy.

La collaboration entre Michel Ducaroy et Roset ne se limite pas au seul TOGO. Le designer lyonnais va signer pour l’éditeur Rhônealpin d’autres assises dans la même veine que les modèles TOGO ou Adria. Pour l’anecdote, sachez que les créations de Michel DUCAROY sont rentrées dans l’imagerie populaire : le canapé modèle Kali dessiné par Michel Ducaroy en 1970 sert de décor aux conversations entretenues par les personnages de la BD Les Frustrés (1975-1980), dessinée par Claire Bretécher.

Canapé Liberty modèle Kali, dessiné par Michel Ducaroy pour Roset, années 70. Modèle en Velours côtelé fin aux multiples petites fleurs passant du noir, au kaki, crème, vert et chocolat.
Planche de la BD Les Frustrés dessinée par Claire Bretécher qui met en scène le fauteuil Kali.
©twitter
Ensemble de sièges modèles série Kashima, design Michel Ducaroy pour Ligne Roset, années 70.
©vntg
Publicité pour le modèle Safi de Roset, design : Michel Ducaroy.
©thegoodolddayz
Grand canapé en demi-cercle modèle Gilda blanc, design : Michel Ducaroy pour Ligne Roset, 1972. 5 chauffeuses identiques sont connectées entre elles par des boucles en métal.
1 chauffeuse du Grand canapé en demi-cercle modèle Gilda blanc, design : Michel Ducaroy pour Ligne Roset, 1972.

La maison Roset poursuit aujourd’hui sa route avec ses 2 marques : Ligne Roset et Cinna, créée en 1975 et qui se veut plus jeune et plus créative. Roset continue de collaborer avec les talents du design contemporain : Didier Gomez, Ronan & Erwan Bouroullec, Inga Sempé, ou encore Jean-Charles de Castelbajac. Mais nul doute que le TOGO, synonyme de liberté et d’innovation a profondément marqué l’ADN de la maison.

Fauteuil Facett, design : Ronan & Erwan Bouroullec pour Ligne Roset, 2005.
©ligne-roset

François Boutard