Se cultiver

Les icônes du design des années 60

Article-vover-les-icone-du-design-1960

Les années 60 marquent une certaine rupture dans l’histoire du design. Passée l’entre deux guerre et son style Art Déco dominant, passée la reconstruction d’après-guerre où les pays européens rebâtissent leurs villes et de manière générale l’habitat, la décennie des années 60 s’ouvre avec une plus grande insouciance et l’envie d’accéder à la société de consommation. Outre-Atlantique, le développement économique qui s’appuie sur l’essor des biens d’équipements et de consommation amènent les artistes à formuler une réponse adaptée à leur époque : le Pop art.

Fini donc le rationalisme, de nouveaux modes de vie poussent les architectes et designers à inventer un nouveau langage. Haut en couleurs, joyeux, inspiré par la publicité et porté par l’essor de nouveaux matériaux, le design de l’époque est immédiatement reconnaissable, certaines pièces de mobilier accédant au statut d’icônes.

Les années 60 marquent le triomphe du plastique et de ses dérivés. Les designers vont utiliser avec bonheur l’ABS, un polymère thermoplastique présentant une bonne tenue aux chocs, relativement rigide, léger et surtout pouvant être moulé ; ou encore les propriétés incroyables de la mousse de polyuréthane. La chaise Panton ou chaise S, du nom de son créateur, le designer danois Verner Panton (1926-1998), est peut-être la pièce de mobilier la plus emblématique de cette décennie. Il s’agit de la première chaise en plastique moulée d’une seule pièce.

Capture d’écran 2019-11-12 à 09.52.36

Verner Panton, chaise Panton (1959-1960), cultissime avec sa silhouette en forme de S. Verner Panton imagine, dès la fin des années 50, une assise monobloc (piètement, siège et dossier d’un seul tenant). À l’origine en mousse rigide de polyuréthane renforcée, le modèle évoluera avec les technologies. C’est l’éditeur suisse Vitra qui la commercialise depuis 1967.

FireShot Capture 004 - Chaises Panton chair classic, laquées noires, Verner Panton pour Vitr_ - www.antiquesmc.fr

Chaises Panton laquées noires, éditeur Vitra.

En France, les designers Pierre Paulin (1927-2009) et Olivier Mourgue (1939) symbolisent pleinement, dans leurs créations, le design coloré et imaginatif de l’époque. On pense bien sûr au fauteuil Djinn de Mourgue, devenu culte en apparaissant dans le film 2001, l’Odyssée de l’espace. Mais aussi au fameux siège Mushroom, ou encore au canapé ABCD de Pierre Paulin.

fauteuil-djinn-jaune-par-olivier-mourgue

Fauteuil Djinn coloris jaune, design Olivier Mourgue pour Airborne, années 60. La structure en tube d’acier est garnie d’une mousse de polyester et recouverte d’une house stretch en jersey.

fauteuil-design-Mushroom-designer-Pierre-Paulin-blog-espritdesign-2

Fauteuil Mushroom, design Pierre Paulin pour Artifort, 1959. Paulin comme Mourgue utilise un nouveau matériau à l’époque : le jersey, qui leur permet d’habiller leurs créations avec une housse en textile extensible.

fauteuil-design-Mushroom-designer-Pierre-Paulin-blog-espritdesign-7

Pierre Paulin, Fauteuil F560 dit Mushroom, éditeur Artifort.

canapé-abcd-rouge-par-pierre-paulin

Légende : Canapé ABCD rouge, design Pierre Paulin pour Artifort, 1968.

Autre pièce iconique des années 60 : le module d’assise modèle Malitte à 5 éléments en mousse du peintre, architecte, sculpteur et poète chilien Roberto Matta (1911-2002). Malitte est un système de sièges composé de 5 blocs de polyuréthane recouverts d’un tissu légèrement élastique. Les blocs, des formes organiques colorées, s’emboîtent et peuvent être assemblées en une seule sculpture, une véritable pièce de pop art !

26922_61bc9f88af85d120_b

Système d’assises Malitte, design Roberto Matta, 1966. Le système ici « replié » constitue un « mur » qui divise l’environnement avec sa présence formelle et conceptuelle. Cette pièce, unique en son genre, symbole des sixties, a été éditée par Gavina de 1966 à 1968 puis par Knoll Internationnal NY de 1968 à 1974.

425-detail-roberto-matta-malitte-sofa-knoll_6

Sofa dit “Malitte” en version « dépliée », design : Roberto Matta, 1966. On obtient alors un salon complet : un canapé à 2 places, 3 sièges et 1 pouf.

tumblr_mbaxg7TvUP1qz5q5oo1_r1_500

Publicité pour le système Malitte, années 60.

De 1957 à 1977, l’architecte et designer italien Marco Zanuso (1916-2001) collabore avec l’architecte designer allemand Richard Sapper (1932-2015). Leur matière de prédilection : le plastique ! Ils conçoivent un MUST du design : la chaise d’enfants K1340 (ou modèle K4999) empilable en plastique. En 1961, c’est le premier siège produit en série entièrement réalisé en plastique. Pour le concevoir, Zanuso et Sapper utilisent du polyéthylène à haute densité moulé par injection.

Capture d’écran 2019-11-12 à 10.04.44

Marco Zanuso & Richard Sapper, chaise pour enfant empilable en plastique K1340. La chaise est déclinée en plusieurs couleurs vives, éditée chez Kartell à partir de 1964.

Si Verner Panton fut pendant longtemps incompris dans son propre pays le Danemark, c’est parce qu’il travaillait des nouveaux matériaux comme le plastique, la fibre de verre, la mousse et d’autres matériaux synthétiques, à l’opposé de la tradition danoise du meuble en bois naturel. Il ne fut pourtant pas le seul scandinave à le faire. Le designer finlandais Eero Aarnio (1932) devint célèbre pour plusieurs pièces aux allures terriblement pop : la Ball Chair, la Bubble Chair (les 2 en 1968) et le fameux fauteuil Pastille en 1967.

téléchargement (1)

Fauteuil Pastille, design Eero Aarnio pour l’éditeur finlandais Asko (1967). Inimitable avec cette forme décalée qui le fait ressembler à une pastille, ce siège est autant une œuvre d’art qu’un simple fauteuil. La Pastille est entièrement construite en fibre de verre et privilégie le confort.

Eero-Aarnio-Originals-Ball-Chair-rot-Tonus-4-130-Freisteller

Une autre icône des années 60 : la Ball Chair, design Eero Aarnio (1968). Triomphe du plastique puisque la coque de la Ball Chair est réalisée en fibre de verre, les coussins sont en mousse de polyuréthane recouverts de tissu d’ameublement Kvadrat.

Capture d’écran 2019-11-12 à 10.08.33

Bubble Chair, design Eero Aarnio (1968). C’est la petite sœur de la Ball Chair, un cocon aux qualités acoustiques uniques. Depuis 1990, c’est l’éditeur finlandais Adelta qui a l’exclusivité de la fabrication des meubles de Eero Aarnio.

Contrairement à son compatriote Verner Panton, Hans Wegner (1914-2007) s’inscrit dans la tradition du mobilier scandinave moderniste. En 1967, il crée une petite merveille : la Shell chair ou Fauteuil CH-07, appelée ainsi car sa forme rappelle un coquillage. Pièce devenue culte, la CH-07 possède un aspect très sculptural avec son assise en grand arc de cercle.

CH07-Schalenstuhl-Ambiente-2

La Shell chair, design Hans Wegner, pour Carl Hansen & son, 1967. Hans Wegner a utilisé à plein la flexibilité du contre-plaqué. Autrement appelée la « smiling chair » pour son allure.

CH07-Schalenstuhl-5

: Quelle allure pour la Shell chair avec son piétement à 3 pieds ! L’assise et le dossier inclinés en arrière sont rembourrés de mousse et recouverts de tissu, de cuir ou skaï.

Marquées par l’utilisation du plastique et des matières synthétiques, l’emploi de couleurs vives, les années 60 ouvrent également un nouveau chapitre sur la façon de vivre en intérieur. Désormais, le consommateur aime à se retrouver dans un espace qui se transforme en fonction de ses besoins.

Aux Etats-Unis, l’entreprise américaine de meubles et matériel de bureau Herman Miller comprend cette évolution et la traduit dans le domaine du travail. Le concepteur et chercheur Robert Propst (1921-2000) avec George Nelson (1908-1986) à la tête du design de l’entreprise, mettent au point le Action Office System ou Cubicle, le premier concept d’espaces de travail flexibles et semi-fermés qui ne cessera d’évoluer tout au long des années 60.

La 1ère série de l’Action Office propose ainsi des bureaux et des espaces de travail de hauteur variable qui permettent au travailleur de se déplacer en toute liberté et de disposer de la flexibilité nécessaire pour occuper le poste de travail le mieux adapté à la tâche à effectuer. Une petite révolution dans l’air du temps, l’open space avant l’heure, un concept devenu culte depuis.

Capture d’écran 2019-11-12 à 10.10.48

George Nelson et l’Action Office 1, vers 1964. Conception : Robert Propst, design : George Nelson pour Herman Miller. Photographie promotionnelle réalisée par Herman Miller.

Capture d’écran 2019-11-12 à 10.11.48

Action Office 1, 1964. Le système comprend un bureau surélevé, un tabouret Perch, un poste téléphonique séparé et des étagères sur pieds. La version 2 de l’Action Office intègre la démarcation spatiale en utilisant des panneaux muraux intégrés. Herman Miller invente l’espace de travail modulaire (ou “box”).

Un esprit novateur souffle sur les années 60, animé par des designers brillants qui imaginent et conçoivent du mobilier adapté à une nouvelle façon de vivre. Joe Colombo (1930-1970) fait partie de ceux-là. Disparu prématurément à l’âge de 40 ans, ce designer italien est un visionnaire hors pair. Il « sent » son époque et conçoit du mobilier multifonctionnel, comme par exemple son combi-center.

 

Capture d’écran 2019-11-12 à 10.12.44

Meuble Combi Center, design : Joe Colombo pour Bernini, 1963-1964. Il s’agit du premier meuble container. Astucieux et innovant, le Combi-Center est composé de plusieurs meubles de rotation.

Capture d’écran 2019-11-12 à 10.13.14

Meuble Combi Center, détails. Design : Joe Colombo pour Bernini, 1963-1964.

Mais la pièce de Colombo devenue une icône de ces années est bien l’extraordinaire Tube chair réalisée en 1969 pour l’éditeur italien Flexform. C’est LE symbole de la modularité : 4 cylindres de différents diamètres, assemblés pour former soit un fauteuil bas, soit un fauteuil haut – le dossier et son assise étant interchangeables. La tube chair est fabriquée en PVC (matière relativement nouvelle pour l’époque), intègre de la mousse de polyuréthane et d’autres matériaux synthétiques. Joe Colombo y a introduit parmi les techniques les plus novatrices de son époque.

Capture d’écran 2019-11-12 à 10.14.02

Tube chair, design Joe Colombo pour Flexform (1969). À l’époque, la Tube chair est aussi un essai sur la modularité et la flexibilité des formes dans le design d’intérieur. Une vision futuriste qui habite son créateur.

Capture d’écran 2019-11-12 à 10.14.11

Tube chair, design Joe Colombo pour Flexform (1969). Détail sur les joints qui sont faits de métal, et forment des crochets, avec à leurs 2 extrémités des boules de caoutchouc. Le concept symbolise la liberté de l’époque : le propriétaire pouvant transporter l’assise dans un sac et l’assembler à l’endroit voulu. L’éditeur italien Cappellini réédite la Tube chair depuis 2016.

 

Les années 60 sont extrêmement riches en termes de design. Dans des sociétés heureuses et tournées vers l’avenir, les designers imaginent et conçoivent un mobilier aux couleurs gaies, modulaire et en quelque sorte nomade, reflets d’une époque libérée. Les contestations sociales de 1968 marquent un tournant et la fin d’une époque insouciante. Partant d’Italie, un mouvement contestataire qualifié d’anti-design se met alors en marche…

François Boutard.