Se cultiver

Les icônes du design français : histoires et anecdotes

Cover article

Des pièces de mobilier exceptionnelles pour leur époque, des objets apparemment banals, mais rentrés dans l’imaginaire collectif, une architecture révolutionnaire pour son temps : nous avons décidé de vous présenter les icônes du design français les créations emblématiques des plus grands designers français passées à la postérité.

Derrière ces créations se cache souvent un projet singulier, des anecdotes qui racontent une histoire, souvent celle de la rencontre entre un designer et une marque. Voici donc une sélection d’objets devenus cultes accompagnée de leur histoire.

L’architecte Robert Mallet-Stevens (1886-1945) va concevoir et faire réaliser de 1929 à 1932 une maison d’habitation extraordinaire signant un manifeste architectural novateur pour l’époque : la Villa Cavrois. Formé à l’Ecole spéciale d’architecture, il revendique assez tôt une architecture moderne, assez éloignée des canons esthétiques de l’art décoratif du début XXe siècle.

Mandaté par l’industriel du textile Paul Cavrois, Mallet-Stevens fait réaliser à Croix dans le Nord une sorte de château moderne, chef-d’œuvre de l’architecture moderniste. La Villa combine luminosité, confort et hygiène. Il choisit aussi un matériau nouveau à l’époque, le béton armé, et n’hésite pas à employer des matériaux luxueux comme le marbre.

 

Image 1

Villa Cavrois, façade sud. Le bâtiment est classé monument historique en 1990, acquis par l’État en 2001. Un gigantesque chantier de restauration a démarré en 2003 et s’est achevé en juin 2015. L’édifice est aujourd’hui la propriété du Centre des monuments nationaux (CMN).

Image 2

Villa Cavrois, architecte Robert Mallet-Stevens, 1929-1932. L’intérieur fait la part belle à l’espace et à la luminosité. Des baies vitrées inondent de lumière de vastes pièces.

Image 3

L’intérieur de la Villa se visite aujourd’hui avec le mobilier d’époque. Certaines pièces ont été remeublées sur la base des documents d’archives et notamment de photographies datées de 1932. Mallet-Stevens a réalisé la quasi-totalité du mobilier de la Villa.

On considère à juste titre Raymond Loewy (1893-1986) comme le pionnier du design industriel. Parti aux Etats-Unis tenter sa chance en 1919, il y fera une carrière extraordinaire. Il devient une figure incontournable du design américain, jusqu’à être mandaté par Le président J.F. Kennedy pour décorer Air Force One, l’avion présidentiel américain.

Pour le cigarettier Lucky Strike, Raymond Loewy dessinera le logo emblématique de la marque et invente le marketing produit en faisant imprimer le logo des deux côtés du paquet. Un logoqui a toujours cours aujourd’hui ! Surtout, c’est lui qui invente le film de cellophane que l’on arrache pour ouvrir le paquet.

Autre legs de Raymond Loewy : il donne ses lettres de noblesse au fameux logo Shell, connu dans le monde entier pour sa célèbre coquille Saint-Jacques. Il imagine par la suite le concept de stations- service tel que nous le connaissons aujourd’hui. Précurseur et visionnaire !

 

Image 4

Publicité d’époque pour le paquet de cigarettes Lucky Strike, packaging réalisé par Raymond Loewy, 1940. Un coup de maître publicitaire avec l’apposition du logo de la marque sur les deux faces du paquet.

Image 5

Raymond Loewy, dessin et étude pour le logo Shell. Dans sa carrière, Loewy aura dessiné ou arrangé quelques-uns des plus célèbres logos du XXᵉ siècle (Biscuits Lu, compagnie aérienne TWA, marque de prêt-à-porter New Man, compagnie pétrolière Exxon, etc.)

Image 6

Autre coup de génie de Raymond Loewy : l’invention du concept de stations-service. C’est lui qui conseille la marque pour installer un grand toit aux couleurs de la marque. Un concept devenu depuis planétaire !

Il est l’un des designers français les plus connus de la seconde moitié du XXe siècle avec Philippe Starck. En pleine période des sixties, Pierre Paulin (1927-2009) va se faire connaître en concevant une série de sièges et canapés aux couleurs vives, utilisant les propriétés élastiques du jersey. En 1984, François Mitterrand lui confie la réalisation de son bureau pour l’Elysée. Paulin réalise en 1984 un bureau résolument moderniste pour les lieux. Un bureau en bois laqué bleu avec des filets d’aluminium rose.

Pour la petite histoire, le fameux bureau passe à la postérité en 1985 quand le journaliste Yves Mourousi enregistre sa fameuse interview de François Mitterrand alors Président de la République, assis sur le plateau du bureau !

 

Image 7

François Mitterrand assis au bureau conçu par Pierre Paulin. Le plateau en cuir bleu et sa structure métallique laquée bleu tranche sous les apparats de la République.

Image 8

Vue du bureau présidentiel. Outre le bureau en lui-même, Pierre Paulin conçut un ensemble de mobilier dans le même ton bleu.

Image 9

Un des coins du bureau présidentiel réalisé par Pierre Paulin pour François Mitterrand.

Image 10

Au premier plan le bureau de Pierre Paulin, à l’occasion de l’interview du Président François Mitterrand réalisée par Yves Mourousi en 1985. Un moment de télévision resté culte pour l’audace du journaliste qui s’assit sur le fameux bureau présidentiel.

Autre designer représentant d’une époque moderne et décomplexée, Olivier Mourgue (1939) a peut-être signé l’assise culte du design français des années 60 : le fauteuil Djinn (1964). Une pièce de mobilier devenue mondialement célèbre depuis son apparition dans le film de Stanley Kubrick : 2001,L’Odyssée de l’Espace (1968). Un mobilier choisi par le cinéaste américain pour son côté terriblement futuriste.

 

Image 11

Fauteuil Djinn, design Olivier Mourgue (1964) pour l’éditeur français Airborne.

Image 12

Déclinaison du fauteuil Djinn en canapé, design Olivier Mourgue pour Airborne (1970)

Image 13

Le fauteuil Djinn conçu par Olivier Mourgue dans une des scènes du film de Stanley Kubrick, 2001, L’Odyssée de l’Espace. Ici le siège est l’assise choisie pour meubler une salle de réception de l’hôtel Hilton en 2001.

Roger Tallon (1929-2011) va marquer de son empreinte le design industriel français d’après-guerre. En 1963, il réinvente le poste de télévision en concevant Le téléviseur portable P 111, dit Téléavia. Une révolution pour sa forme ovoïde, il est transportable et symbolise la liberté, contrairement aux autres postes qui sont de gros meubles à poser contre un mur !

Une anecdote concernant Roger Tallon, sachez que c’est lui qui a conçu en 1972 l’identité visuelle de la célèbre revue Artpress. Amélioré depuis, le système graphique imaginé par le designer sert toujours de base au magazine 47 ans après !

 

Image 14

Téléviseur portable P 111, Téléavia. Design Roger Tallon (1963). L’appareil fut développé par l’agence Technès où travaillait Tallon.

Image 15

En plus de sa forme novatrice pour l’époque, le Téléavia se transporte facilement !

Image 16

1èrede couverture de la revue Artpress, N°43, Décembre 1980.© Les Arts Décoratifs, Paris / A.D.A.G.P. 2016/DR

Paris, 1984 : Gilbert Costes et son frère Jean-Louis ouvrent le Café Costes dans le quartier des Halles. Un designer alors inconnu, Philippe Starck, conçoit la décoration de l’endroit. L’ambiance, le style et le confort de l’établissement en font un des premiers « cafés concept ». La suite : une success-story familiale qui incarne le chic parisien et un designer qui accède à la notoriété internationale. Pour le célèbre café, Starck imagina un fauteuil tripode, confortable et pratique : le Fauteuil Costes.

 

Image 17

Fauteuil Costes, imaginé et conçu pour le Café Costes. Design Philippe Starck, conception 1981, fabrication depuis 1984. Philippe Starck voulut que son fauteuil soit pratique à empoigner et surtout permette une meilleure circulation des serveurs avec ses trois pieds. La pièce est éditée chez l’éditeur italien Driade.

Enfin, pour terminer ce tour d’horizon des icônes du design français, revenons sur l’histoire d’un verre conçu par le designer Martin Szekely (1956). Un objet conçu pour la marque Perrier en 1995, désireuse alors de renforcer son image avec un branding immédiatement reconnaissable sur toutes les terrasses de café. Pari réussi : le verre Perrier devient un produit star de la vie quotidienne…

 

Image 18

Verre Perrier, 1995, design Martin Szekely. Un coup de maître pour la marque d’avoir fait appel au talent du designer français. Avec ce verre qui possède une base épaisse et une grande ouverture par le haut, la marque s’installe dans l’imaginaire populaire des français.

 

François Boutard