Se cultiver

Oscar Niemeyer en 6 œuvres majeures

Oscar Niemeyer (1907-2012) est peut-être l’architecte du XXe siècle le plus connu dans le monde entier avec Le Corbusier. Père du modernisme brésilien, il accède à la notoriété internationale avec le projet de construction d’une nouvelle capitale pour le Brésil, Brasilia, inaugurée en grande pompe en 1960. Héritier des pionniers de l’architecture moderne et par la suite du style international, Niemeyer va développer son propre langage architectural. Actif jusqu’à la fin de sa vie, sa dernière grande réalisation qui est le Centre culturel international Oscar Niemeyer ouvre 1 année avant sa mort, en 2011. Focus sur 6 grandes œuvres majeures qui définissent son style, un modernisme « tropicalisant ».

Centre culturel international Oscar Niemeyer à Avilès, Espagne. Oscar Niemeyer signe l’architecture de cet ensemble singulier qu’il considère comme une de ses réalisations majeures en Europe.
Centre culturel international Oscar Niemeyer à Avilès, Espagne. Oscar Niemeyer signe l’architecture de cet ensemble singulier qu’il considère comme une de ses réalisations majeures en Europe.
© ideomagazine
Centre culturel international Oscar Niemeyer à Avilès, Espagne.
Centre culturel international Oscar Niemeyer à Avilès, Espagne.
© reddit
Centre culturel international Oscar Niemeyer à Avilès, Espagne, vue aérienne.
Centre culturel international Oscar Niemeyer à Avilès, Espagne, vue aérienne.
© buildmarvel

Oscar Niemeyer naît en 1907 à Rio de Janeiro. Dans son enfance, il travaille dans l’imprimerie familiale, son père est graphiste. En 1929, il entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Rio pour en sortir en 1934 avec un diplôme d’architecte. Il commence par travailler gratuitement pour le très renommé architecte Lucio Costa (1902-1998), conscient de confronter ses idées à ce qui se fait de mieux alors.

Bonne pioche ! Lucio Costa va permettre à Niemeyer de faire ses premières armes sur des projets très ambitieux. C’est ainsi qu’en 1936, Niemeyer travail avec Lucio Costa sur le projet du Ministère de l’Education et de la Santé publique à Rio ; avec, excusez du peu, comme consultant Le Corbusier !

 Ministère de l'Education Nationale et de la Santé, Rio de Janeiro, Brésil.  La construction du bâtiment a débuté en 1939 pour se terminer en 1943. Un bâtiment brut et massif qui épouse les idées de l’architecture moderne.
Ministère de l’Education Nationale et de la Santé, Rio de Janeiro, Brésil.  La construction du bâtiment a débuté en 1939 pour se terminer en 1943. Un bâtiment brut et massif qui épouse les idées de l’architecture moderne.
© FLC/ADAGP

Lucio Costa lance la carrière de Niemeyer. Les années 30 sont marquées en architecture par le développement du style international. Walter Gropius (1883-1969) et Ludwig Mies van der Rohe (1886-1969), respectivement fondateur et dernier Directeur de l’Ecole du Bauhaus, exportent aux Etats-Unis avec succès leur conception d’une architecture moderne marquée par un grand minimalisme, un rejet de l’ornement et l’adoption du verre, de l’acier et du béton comme matériaux de base. Oscar Niemeyer est alors très attiré par l’architecture moderne prônée par Le Corbusier, dont les théories sont assez proches de celles de Gropius et Mies van der Rohe.

Si les idées de l’architecture moderne séduisent Oscar Niemeyer, il réalise en 1943 un premier coup d’éclat qui porte en germe sa signature architecturale. L’Eglise Saint-François d’Assise de Belo Horizonte communément appelée en portugais « Igreja de Pampulha » est un des premiers édifices de style moderne au Brésil.

Eglise Saint-François d’Assise de Belo Horizonte, état du Minas Gerais. Architecte : Oscar Niemeyer. On reconnaît les fondements du style international : l’emploi du béton brut pour une allure massive sans fioritures. Mais déjà Niemeyer montre un certain goût pour les formes arrondies. La coque de l’église est en béton armé.
Eglise Saint-François d’Assise de Belo Horizonte, état du Minas Gerais. Architecte : Oscar Niemeyer. On reconnaît les fondements du style international : l’emploi du béton brut pour une allure massive sans fioritures. Mais déjà Niemeyer montre un certain goût pour les formes arrondies. La coque de l’église est en béton armé.
© Prandrade
Eglise Saint-François d’Assise de Belo Horizonte. Architecte : Oscar Niemeyer. Arrière de l’église. Pour ce projet, Niemeyer teste les nouvelles possibilités du béton armé pour réaliser comme ici des demi-cercles, sorte de vagues.
Eglise Saint-François d’Assise de Belo Horizonte. Architecte : Oscar Niemeyer. Arrière de l’église. Pour ce projet, Niemeyer teste les nouvelles possibilités du béton armé pour réaliser comme ici des demi-cercles, sorte de vagues.
© yannn.eklablog
Eglise Saint-François d’Assise de Belo Horizonte, vue de nuit. Architecte : Oscar Niemeyer. Pour sa grande modernité, le bâtiment religieux provoque la polémique à l’époque. Il faudra attendre 1959 pour son inauguration !
Eglise Saint-François d’Assise de Belo Horizonte, vue de nuit. Architecte : Oscar Niemeyer. Pour sa grande modernité, le bâtiment religieux provoque la polémique à l’époque. Il faudra attendre 1959 pour son inauguration !
© lumieresdelaville

En 1953, Niemeyer fait édifier pour sa famille une résidence à Canoas in Barra de Tijuca, un des faubourgs de Rio de Janeiro. Projet personnel, il dévoile le goût de Niemeyer pour la simplicité des courbes et la pureté des lignes. Niemeyer s’affranchit du style rigide et fonctionnel de Le Corbusier.  Le bâtiment est une fusion de l’architecture organique – on pense évidemment à Frank Lloyd Wright – et minimaliste.

Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953.
Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953.
© nelsonkon
Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953. La maison s’intègre à la nature environnante et rappelle les habitations conçues en harmonie avec la nature de l’architecte américain Frank Lloyd Wright. Le design voulu par Niemeyer crée une grande proximité entre l’homme, sa maison et la nature qui l’entoure.
Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953. La maison s’intègre à la nature environnante et rappelle les habitations conçues en harmonie avec la nature de l’architecte américain Frank Lloyd Wright. Le design voulu par Niemeyer crée une grande proximité entre l’homme, sa maison et la nature qui l’entoure.
© nelsonkon
Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953. Le toit est sinueux, soutenu par des pilotis. Niemeyer aimait à dire qu’il s’inspirait dans son architecture de l'allure curviligne des montagnes de son pays et des corps de ses belles femmes.
Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953. Le toit est sinueux, soutenu par des pilotis. Niemeyer aimait à dire qu’il s’inspirait dans son architecture de l’allure curviligne des montagnes de son pays et des corps de ses belles femmes. 
© nelsonkon
Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953. Niemeyer reprend les fondements du style international : réduction des cloisons et des murs, et surtout une grande transparence des bâtiments qui invite les occupants à regarder à l’extérieur et à profiter de la nature luxuriante environnante.
Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953. Niemeyer reprend les fondements du style international : réduction des cloisons et des murs, et surtout une grande transparence des bâtiments qui invite les occupants à regarder à l’extérieur et à profiter de la nature luxuriante environnante.
© nelsonkon
Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953. Les formes concaves de l’architecture favorisent une fusion harmonieuse entre l'intérieur et l'extérieur de la maison. Les éléments architecturaux sont réalisés en béton armé, la marque de fabrique de Niemeyer.
Maison à Canoas, architecture signée Oscar Niemeyer, 1953. Les formes concaves de l’architecture favorisent une fusion harmonieuse entre l’intérieur et l’extérieur de la maison. Les éléments architecturaux sont réalisés en béton armé, la marque de fabrique de Niemeyer.
© nelsonkon

Puis vient la consécration avec le projet pharaonique de désenclaver le cœur du plateau central brésilien avec la création d’une nouvelle capitale, Brasilia. Juscelino Kubitschek, Gouverneur de l’état du Minas Gervais, devient Président du Brésil (1956-1961). Il connaît Niemeyer pour la réalisation de la « Igreja de Pampulha » et, sans hésiter, vient le chercher avec Costa pour édifier le symbole du Brésil moderne. Lucio Costa est l’urbaniste en chef, Oscar Niemeyer est chargé de faire construire les principaux édifices publics. Parmi les réalisations emblématiques de Niemeyer, la Cathédrale de Brasilia (1959-1970) est un des chefs d’œuvre du maître carioca.

Cathédrale de Brasilia, architecte : Oscar Niemeyer. La structure représente 2 mains se rejoignant en direction du ciel. Si le style est moderne, Niemeyer se démarque du style international avec des courbes inspirées des sculptures de Jean Arp et des églises baroques du Brésil.
Cathédrale de Brasilia, architecte : Oscar Niemeyer. La structure représente 2 mains se rejoignant en direction du ciel. Si le style est moderne, Niemeyer se démarque du style international avec des courbes inspirées des sculptures de Jean Arp et des églises baroques du Brésil.
© archilio
Sous le grand dôme de la Cathédrale. Les vitraux dont la surface est supérieure à celle des armatures en béton ont une forme incurvée.
Sous le grand dôme de la Cathédrale. Les vitraux dont la surface est supérieure à celle des armatures en béton ont une forme incurvée.
© yannn.eklablog
L’intérieur vitré de la Cathédrale est un diamant au cœur d’un écrin conçu par Niemeyer.
L’intérieur vitré de la Cathédrale est un diamant au cœur d’un écrin conçu par Niemeyer.
© la-croix

Avec l’arrivée au pouvoir de la dictature militaire au Brésil le 31 mars 1964, Oscar Niemeyer, membre du parti communiste brésilien, est obligé de fuir. Il trouve refuge en France où il va exercer durant 2 décennies son talent. Parmi les grands chantiers de Niemeyer, la réalisation du « Volcan » (1978-1982) immense « pot de yaourt renversé » dans lequel s’installe La Maison de la culture du Havre en 1990, marque les esprits.

Le centre culturel le Volcan, architecte : Oscar Niemeyer, inauguré en 1982 après 4 années de travaux. Fidèle à ses principes, Niemeyer utilise à plein la souplesse du béton. Son objectif : rompre avec les immeubles cubiques de la Reconstruction.
Le centre culturel le Volcan, architecte : Oscar Niemeyer, inauguré en 1982 après 4 années de travaux. Fidèle à ses principes, Niemeyer utilise à plein la souplesse du béton. Son objectif : rompre avec les immeubles cubiques de la Reconstruction.
© lemonde
 Vue aérienne du Volcan qui comprend 2 salles de spectacles (« petit et grand volcan »). Comparé à une centrale nucléaire ou une cheminée de bateau, sa silhouette imaginée par l’architecte brésilien ne laisse personne indifférent !
Vue aérienne du Volcan qui comprend 2 salles de spectacles (« petit et grand volcan »). Comparé à une centrale nucléaire ou une cheminée de bateau, sa silhouette imaginée par l’architecte brésilien ne laisse personne indifférent !
© lemoniteur
Vue du Volcan, architecte : Oscar Niemeyer. Des formes courbes et libres chères à Oscar Niemeyer. De l’ensemble traité en béton peint en blanc émane une douceur poétique surprenante...
Vue du Volcan, architecte : Oscar Niemeyer. Des formes courbes et libres chères à Oscar Niemeyer. De l’ensemble traité en béton peint en blanc émane une douceur poétique surprenante…
© blogarchiphotos
Vue de l’intérieur de la plus petite des 2 salles, le « petit volcan », bibliothèque et médiathèque Oscar Niemeyer.
Vue de l’intérieur de la plus petite des 2 salles, le « petit volcan », bibliothèque et médiathèque Oscar Niemeyer.
© hemis

Bien que Niemeyer se définisse avant tout comme un architecte, il dessina aussi durant sa longue carrière du mobilier. En 1978, il conçoit avec sa fille Anna Maria Niemeyer, la célèbre chaise longue Rio. Élégante et gracieuse, cette assise est un nouvel éloge aux courbes si chères à Niemeyer.

Chaise longue de repos Rio, design Oscar et Anna Maria Niemeyer, 1978. Le siège et le dossier constituent un seul élément assez long pour supporter les jambes de l’usager. Une recherche des lignes courbes fascinante...
Chaise longue de repos Rio, design Oscar et Anna Maria Niemeyer, 1978. Le siège et le dossier constituent un seul élément assez long pour supporter les jambes de l’usager. Une recherche des lignes courbes fascinante…
Une image contenant intérieur

Description générée automatiquement
Chaise longue de repos Rio, design Oscar et Anna Maria Niemeyer, 1978. Le siège est fait en cannes de jonc entrelacées, le cannage est une tradition au Brésil ; l’appuie-tête de forme cylindrique est recouvert de cuir noir.

Si son œuvre architecturale est associée au style international et à l’architecture moderne, Oscar Niemeyer s’est affranchi des formes rectilignes de ses aînés pour proposer un style international plus organique et sensuel. Celui qui déclare avoir toujours aimé les courbes parce qu’elles sont l’essence même de la nature, et qui s’oppose à l’uniformisation des systèmes répétitifs en architecture, a su créer une nouvelle expression architecturale, une ode à la poésie et à la liberté des formes.

Dernière œuvre emblématique du génial architecte que nous avons retenue, la conception du Musée d’art contemporain de Niteroi, élevé en bordure de la baie de Rio entre 1991 et 1996, est une synthèse magistrale du savoir-faire et du style Niemeyer. Assisté de l’ingénieur Bruno Conrini, Niemeyer dessine une figure révolutionnaire dont les formes circulaires évoquent une soucoupe. L’ensemble est évidemment réalisé en béton brut peint en blanc pur. Le visiteur est invité à parcourir une longue rampe courbe qui le mène à l’intérieur de l’édifice. Une œuvre poétique qui ressemble à une fleur émergeant de la falaise ; le testament futuriste de Niemeyer. 

Oscar Niemeyer, dessin pour la conception du Musée d’art contemporain Niteroi à Rio de Janeiro.
Oscar Niemeyer, dessin pour la conception du Musée d’art contemporain Niteroi à Rio de Janeiro.
© bubblemania
 Vue aérienne du Musée d’art contemporain Niteroi à Rio de Janeiro. L’édifice, semblable à une soucoupe volante, fait 16 mètres de haut et est posé sur une falaise qui se termine par une plage.
Vue aérienne du Musée d’art contemporain Niteroi à Rio de Janeiro. L’édifice, semblable à une soucoupe volante, fait 16 mètres de haut et est posé sur une falaise qui se termine par une plage.
© bubblemania
Musée d’art contemporain Niteroi à Rio de Janeiro, architecture : Oscar Niemeyer. Vue de la rampe d’accès qui serpente pour mener à l’entrée du musée. La coupole comporte 3 niveaux. Des lignes courbes incroyables !
Musée d’art contemporain Niteroi à Rio de Janeiro, architecture : Oscar Niemeyer. Vue de la rampe d’accès qui serpente pour mener à l’entrée du musée. La coupole comporte 3 niveaux. Des lignes courbes incroyables !
© bubblemania
Musée d’art contemporain Niteroi à Rio de Janeiro, architecture : Oscar Niemeyer. Vue aérienne.
Musée d’art contemporain Niteroi à Rio de Janeiro, architecture : Oscar Niemeyer. Vue aérienne.
© bubblemania
Vue de l’intérieur du Musée d’art contemporain Niteroi, suivez les courbes...
Vue de l’intérieur du Musée d’art contemporain Niteroi, suivez les courbes…
© horizon.tirawa

François Boutard