Se cultiver

Quand l’ancien inspire le design moderne et contemporain

En 2021, au Salone del Mobile (Salon du meuble) de Milan, la maison de haute couture Dior invitait 17
designers et artistes à présenter « leur » version de la fameuse chaise médaillon de style Louis XVI
conçue par le menuisier Louis Delanois en 1769. Intemporelle, symbole de l’élégance à la française, la
chaise médaillon accueillait les visiteurs de la célèbre maison de haute couture dans ses boutiques.
Cette anecdote pour vous dire que les designers modernes et contemporains se sont bien souvent
inspirés du mobilier classique pour exprimer leur talent créatif. Retour sur des modèles classiques ou
modernes revisités avec audace et goût !

En 1972, l’architecte et designer américano-canadien Frank Gehry (1929) rend hommage au néerlandais Gerrit Rietveld (1888-1964) et à sa création radicale, la chaise Zig Zag. Réalisée en 1934, cette dernière épouse incroyablement les formes de la lettre Z. Avec cette assise, Rietveld appliquait les idées du mouvement batave De Stijl auquel il appartint quelques années : des formes « pures » et minimales en équilibre dynamique.

Chaise Zig Zag, design Gerrit Rietveld, 1934. Il faudra attendre 1973 pour que l’éditeur Cassina fabrique en série l’assise.

Gehry crée ainsi la Wiggle Side Chair en 1972. Comme pour son prédécesseur, l’objet créé ne passe pas inaperçu et sa composition interroge : des plaques de carton sont disposées à angles droits et collées entre elles. Chose étonnante : l’assise reste solide et le carton suffisamment malléable pour envisager des courbes en forme de « S ».

Wiggle Side Chair, design Frank Gehry, 1972.
Wiggle Side Chair, détail de la fabrication en carton, design Frank Gehry, 1972.
La chaise Zig Zag a aussi pu inspirer le design de la Panton chair réalisée en 1960 par Verner Panton, avec une forme plus adoucie en « S ».

Le designer Alessandro Mendini (1931-1919) est rentré dans la légende du design italien avec une pièce de mobilier qui ne laisse pas indifférent. Il conçoit en 1978 le fauteuil Proust, un hommage appuyé à l’auteur d’A la recherche du temps perdu. Puisque l’idée du souvenir et du temps irrigue l’œuvre de l’écrivain français, Mendini décide lui aussi de se souvenir d’une autre époque, et décide de remettre au goût du jour le fauteuil bergère de style régence.

Bergère style Louis XV en bois doré et tissu bleu Boussac.
Paire de bergères époque Régence en bois sculpté et doré.

Que fait Mendini ? Il livre une version d’une bergère Régence aux lignes exagérées qui intègre des petites touches de peinture acrylique, à l’image du pointillisme du peintre Paul Signac. Œuvre Kitsch ? baroque ? on peut diversement apprécié le fauteuil Proust, mais une chose est sûre : il rompt avec le design industriel pour autoriser une véritable création artistique.

Fauteuil Proust, design Alessandro Mendini, 1978. À ses débuts, seulement un trentaine de pièces uniques du Proust sortent. Des éditeurs vont proposer à partir des années 2000 d’autres versions du modèle d’origine, notamment Cappellini et Magis.
Fauteuil Proust, design Alessandro Mendini, 1978.
Fauteuil Proust Geometrica, design Alessandro Mendini, 2001. Pour Cappellini, Alessandro Mendini revisite son chef d’œuvre avec des formes géométriques colorées qui rappellent l’abstraction en peinture.
Crédit photo : madd-bordeaux – Lysiane Gauthier
Fauteuil Proust, design Alessandro Mendini pour Magis, 2011. Une version du fauteuil réalisée en polyéthylène moulé par rotation, idéal pour l’extérieur.

En 2002, Philippe Starck (1949) proposait déjà une relecture de la chaise médaillon de style Louis XVI, pour ce qui sera un succès commercial mondial. La chaise Louis Ghost reprend les codes esthétiques des fauteuils Louis XVI, mais en toute transparence ! L’assise emprunte au modèle original des lignes simples et droites et un piétement fuselé, mais elle est réalisée avec l’injection de polycarbonate en un seul moule, une matière à la fois transparente et colorée. Le résultat : une œuvre à la fois baroque et moderne.

Chaise médaillon de style Louis XVI recouverte en toile de Jouy. La chaise médaillon a inspiré au couturier Christian Dior le motif cannage.
Chaise Louis Ghost, design Philippe Starck pour Kartell, 2002.
Ensemble de chaises Louis Ghost, design Philippe Starck pour Kartell, 2002. Le polycarbonate, en plus de sa transparence, autorise des colorations : une chaise chic, élégante et intemporelle !

Vous connaissez sûrement la chaise bistrot réalisée par le fabricant Thonet. Réalisée en 1851 par Michael Thonet (1796-1871), elle a depuis fait le tour du monde. Le modèle n°14 de cette chaise conçu en 1859 fera sa renommée internationale :  petite, élégante et discrète, on la retrouve dans tous les cafés européens. Soucieux d’entretenir la légende, l’éditeur allemand a décliné depuis un modèle contemporain fantaisiste et malicieux de sa célèbre chaise : la chaise 214 K dit « Knot chair » qui rappelle le génie de son inventeur pour sa maîtrise de la technique de cintrage du bois de hêtre.

Chaises Thonet modèles n°14, design Michael Thonet, 1859. L’assise est en cannage, le bois courbé est du hêtre.
Chaise 214 K, design Thonet, avec son nœud reconnaissable !

En 2009, pour célébrer les 150 ans de sa chaise 14, Thonet s’est associé au distributeur japonais Muji pour proposer une version plus épurée de son assise iconique. Une collaboration qui voit le designer anglais James Irvine, directeur créatif chez Thonet, imaginer une version tout en bois. Autre collaboration autour de la chaise 14 : avec l’enseigne The Conran Shop, Thonet laisse le designer italien Martino Gamper (1971) créer plusieurs modèles dérivés de la Thonet n°14 originale.

Chaise Muji pour Thonet, design James Irvine, 2009, collection Muji manufactured by Thonet.
Chaise Postmundus, design Martino Gamper pour Thonet/The Conran Shop. Une chaise bistrot stylisée librement inspirée de la chaise Thonet n°14.

Parmi les designers contemporains, l’allemand Konstantin Grcic (1965), connu pour son anticonformisme et sa créativité, revisite un grand classique du salon : le fameux fauteuil Club. Pour l’éditeur Plank, il conçoit Avus, une assise à l’élégance raffinée qui emprunte aux matériaux modernes traités et aux technologies innovantes de l’industrie automobile et sportive.

Fauteuil Avus, design Konstantin Grcic pour Plank, 2011. La base blindée du fauteuil en ABS est constituée d’une coque thermoformée, lacée avec de la mousse de polyuréthane. Un contraste intense entre la rigidité du bas de l’assise et la flexibilité de la coque supérieure…
Fauteuil Avus, autre vue du modèle, design Konstantin Grcic pour Plank, 2011. Le rembourrage est en mousse de polyuréthane (ignifuge), et le revêtement en cuir naturel : imposant mais classieux.

Enfin, je ne pouvais terminer ce billet sans évoquer 2 icônes du design moderne qui ont pour inspiration le monde de l’art. La 1ère trouve son origine dans la sculpture en bronze Floating Figure, du sculpteur français Gaston Lachaise, réalisée en 1927. Le couple de designers Charles & Ray Eames décline leur vision de l’œuvre dans une assise au design organique terriblement poétique ! Ainsi était née La Chaise en 1948…

Floating Figure, sculpture de Gaston Lachaise (1927)
Crédit photo : Wikipédia
La Chaise, design Charles & Ray Eames, 1948. À l’époque de sa présentation, La Chaise est un OVNI : on peut non seulement s’asseoir, mais aussi s’allonger sur l’assise. Avec ses formes délicates et sinueuses qui évoquent le corps féminin de la sculpture originale, plus qu’une assise, la Chaise est un objet d’art.

La seconde vient de l’intérêt de ses créateurs italiens, Achille Castiglioni et son frère Pier Giacomo pour le concept de « ready-made » théorisé par l’artiste Marcel Duchamp. C’est ainsi qu’ils utilisent et détournent de leur usage premier des objets du quotidien. Avec le célèbre lampadaire Arco, inspiré d’une canne à pêche et d’un phare de voiture, les frères Castiglioni renoue avec ce concept. Idem lorsqu’ils détournent le siège d’un tracteur pour en faire un tabouret, ou encore quand ils utilisent une selle de vélo pour en faire un tabouret haut réglable ! 

Lampadaires Arco, design Pier Giacomo & Achille Castiglioni pour Flos, 1962. On ne présente plus le célèbre lampadaire utilisant une tige télescopique en acier inoxydable de plus de 2m, installé sur un pied en marbre blanc ou noir de Carrare…
Tête lumineuse du lampadaire Arco, design Pier Giacomo & Achille Castiglioni pour Flos, 1962. Le réflecteur est orientable sur 3 positions et réglable en hauteur.
Tabouret Mezzadro, design Achille et Pier Giacomo Castiglioni pour Zanotta, 1957. Une selle de tracteur utilisée pour faire un tabouret !
Tabouret réglable en hauteur Sella, design Achille et Pier Giacomo Castiglioni pour Zanotta, 1957. Selle de bicyclette de course couleur noire, tige en acier verni couleur rose et base en fonte.

François Boutard