Se cultiver

Vitra, profession : éditeur de mobilier design culte

Vitra, un nom que les amateurs éclairés de design connaissent. Né en 1950, le fabricant suisse de mobilier design installé à Weil-am-Rhein, à la frontière franco-helvético-allemande (le siège social est en Suisse à Birsfelden), est devenu en quelques décennies un des éditeurs majeurs du mobilier contemporain. La 3ème génération de la famille Fehlbaum dirige aujourd’hui l’entreprise et poursuit l’héritage familial qui s’appuie sur la réédition des meubles de designers du XXème siècle parmi les plus fameux – Vitra détient un nombre colossal de licences d’objets qui ont marqué leur époque – et la collaboration avec des designers contemporains de renommée internationale. Plongée dans l’histoire d’une réussite familiale hors norme.

Vue sur l’impressionnante collection de mobilier éditée par Vitra sur son site de production allemand. Au second plan, le Vitra Design Museum.
© Vitra

L’histoire commence en 1934, le couple suisse Erika et Willi Fehlbaum dirige alors une petite entreprise spécialisée dans l’agencement commercial. En 1950, ils créent Vitra et installent leur activité de fabrication à Weil-am-Rhein (Allemagne). Le couple commence déjà à s’intéresser au design, mais c’est en 1953 que la saga familiale démarre véritablement. Willi Fehlbaum effectue un voyage aux États-Unis et rencontre Charles & Ray Eames, le duo mythique du design américain qui dessinent des chaises depuis les années 40.

Willi Fehlbaum est notamment subjugué par la Plastic Chair, une coque d’assise d’une seule pièce réalisée en résine de polyester renforcée de fibre de verre. L’entrepreneur suisse saisit rapidement l’intérêt de fabriquer et distribuer la 1ère chaise en plastique produite en série. Depuis lors, Fehlbaum entretient une relation complice avec les Eames. Et c’est ainsi qu’en 1957, Vitra signe un accord de licence avec Herman Miller, le fabricant et éditeur américain des Eames, et commence à produire les créations du couple pour l’Europe et le Moyen-Orient.

Les designers Charles & Ray Eames entourent Ericka et Willi Fehlbaum.
© Smow
À partir de 1957, Vitra commercialise les pièces emblématiques du couple Eames, comme les Dining Chair Wood (DCW).
© Vitra
Parmi les assises qui font partie des sièges du Plywood Group, la légendaire Lounge Chair Wood (LCW, création en 1945/1946), que Vitra fabrique aussi avec du métal : ici les modèles LCM (Lounge Chair Metal).
© Vitra
La gamme des célèbres Eames Plastic Chairs, éditée par Vitra. Chaque siège a une coque qui peut être associée à une variété de piètements différents.
© Vitra
Autre assise éditée par Vitra dans son catalogue et devenue culte : l’Organic Chair, conçue au début des années 40 par Charles Eames, en collaboration avec le designer et architecte américain d’origine finlandaise Eero Saarinen,  à l’occasion du concours « Organic Design in Home Furnishings », organisé par le MoMA.
© Vitra

Les Fehlbaum ont eu le nez creux en investissant dans le mobilier design, en plein décollage dans les années d’après-guerre. Grâce aux Eames, ils commencent à construire un business florissant. Vitra fabrique ainsi des assises conçues par le couple Eames, la plupart devenues des icones du design vintage. Si Erika & Willi Fehlbaum maintiennent des relations chaleureuses avec les Eames, il en est de même avec la famille De Pree, propriétaire de Herman Miller, et qui édite les modèles des Eames, mais aussi ceux de George Nelson, Isamu Noguchi, ou encore Alexander Girard (directeur de la division textile chez Herman Miller).

C’est donc tout sauf un hasard si, en 1984, Vitra négocie de pouvoir continuer à produire les meubles de la marque américaine sous son propre nom. Et encore plus fort : l’entreprise suisse pourra continuer à éditer du mobilier original en traitant directement avec Charles & Ray Eames, toujours en vie. Vitra se constitue alors un véritable « trésor de guerre », éditant au fil des années des classiques du design des fifties.

Une icône du design moderne : la Coffee Table aux lignes sculpturales, conçue par le designer japonais Isamu Noguchi en 1944. Fabriqué à l’origine par Herman Miller, Vitra fabrique et commercialise le modèle depuis 2002 en Europe.
© Kissthedesign
Ball Clock, design George Nelson (1948-1960). Georges Nelson révolutionne le design des objets domestiques du quotidien, dont les horloges. La Ball Clock est devenue une icône du design des fifties, Vitra réédite les créations « horlogères » de George Nelson depuis 1999.
© Vitra
Une autre création de George Nelson passée à la postérité et éditée aujourd’hui par Vitra (depuis 1988) : La Coconut Chair (1955).
© Vitra
En 2002, Vitra a commencé à rediffuser des créations du célèbre architecte et designer français Jean Prouvé sous forme de réédition en étroite collaboration avec la famille du créateur nancéien. Ici, la chaise Standard ou Chaise n°4 (1934) trouve sa place dans le catalogue de l’éditeur suisse.
© Vitra

1967 marque une date importante dans l’histoire de Vitra. 3 ans auparavant, le designer danois Verner Panton a du mal à trouver un fabricant pour l’un des ses projets les plus audacieux : une chaise en plastique en forme de S, moulée d’une seule pièce : la Panton Chair. Qu’à cela ne tienne : Willi Fehlbaum croit au projet du designer visionnaire et édite, 3 ans plus tard, la fameuse assise. Le pari est gagnant, la Panton Chair fait un carton et devient une des emblèmes des années « Pop ». C‘est aussi la preuve du savoir-faire des Fehlbaum qui aiment les créateurs, se joignent à leur audace et industrialise un projet au départ un peu fou…

La Panton Chair, design Verner Panton pour Vitra, créée dans les années 60. Une icône absolue du design vintage des sixties. La Panton Chair fait partie des plus grandes collections design du monde. Selon l’éditeur suisse : « Il n’a été possible de la fabriquer conformément à sa conception originale que depuis 1999 – en matière plastique durable, teintée dans la masse, avec une finition mate. »
© Bilan
Verner Panton en discussion avec le jeune Rolf Fehlbaum, le fils de Willi Fehlbaum.
© Vitra

En 1976, Rolf Fehlbaum (1941) succède à son père à la tête de Vitra. L’entreprise suisse a déjà décollé, mais le discret Rolf va faire de Vitra un empire au tournant du XXIème siècle. L’homme, réputé modeste, a la fibre du design et il aime les designers créatifs. Plus jeune, il servait de traducteur entre ses parents et le couple Eames, ainsi qu’avec George Nelson !  Il va donc poursuivre, comme son père, les collaborations innovantes et fructueuses avec les meilleurs designers de l’époque contemporaine : Ettore Sottsass, Shiro Kuramata, Frank Gehry, Ron Arad, Philippe Starck, puis avec la nouvelle génération : Jasper Morrison, Konstantin Grcic, Hella Jongerius, Ronan & Erwan Bouroullec, …

4 ans avant l’arrivée de Rolf Fehlbaum à la tête de Vitra, l’éditeur suisse lançait une 1ère collaboration avec l’architecte américano-canadien Frank Gehry en éditant la Wiggle Side Chair, un hommage à la chaise Zig-Zag de Rietveld (1934).
© Bilan
Fauteuil « How High The Moon », design Shiro Kuramata pour Vitra, 1986. Fauteuil en résille d’acier nickelé déployé, formée et soudée. Figure majeure de l’avant-garde internationale, Shiro Kuramata a créé pour Vitra une pièce qui conceptualise le design de l’immatériel. 
© Artcurial
Chaise vintage Louis 20, design Philippe Starck pour Vitra AG Switzerland, 1990. La chaise est faite de polypropylène bleu.
Chaise « Tom Vac » en plastique, design Ron Arad pour Vitra, 2000.
Algues, design Ronan & Erwan Bouroullec pour Vitra, 2004. Les algues sont des éléments en plastique permettant de créer des surfaces semi-transparentes, graphiques et organiques à la fois. Couleur monochromes ou colorées. Les éléments se connectent pour décorer un mur, séparer 2 espaces, ou simplement créer des arabesques marines suspendues au plafond.
© Vitra
Algues, des éléments décoratifs à l’allure élégante.
© Einrichten-design
Algues, des éléments qui s’assemblent pour délimiter avec élégance un espace…
© Einrichten-design

Un événement inattendu va précipiter l’histoire et l’image de Vitra. En 1981, un incendie détruit presque tout le site de production de Weil-am-Rhein. Rolf Fehlbaum a alors l’idée de confier la reconstruction de l’usine à l’architecte britannique Nicolas Grimshaw, un talent très prometteur. En 1989, Rolf Fehlbaum poursuit sa quête architecturale et demande à Frank Gehry, la star du déconstructivisme, de construire un bâtiment futuriste qui abritera sa collection personnelle de chaises (de 1850 à nos jours), une des plus belles du monde. Et ainsi né le Vitra Design Museum, qui depuis organise des expositions thématiques sur le design et édite ses propres catalogues d’exposition.

Hall de production, architecture & design Nicolas Grimshaw, 1981. Selon Vitra : « Sa structure claire et ses grandes surfaces vitrées sont orientées vers le musée, où rampes et portes constituent une liaison de formes avec la construction du musée. En plus d’ateliers de production, le hall abrite un showroom, la cantine, les bureaux et le centre d’essais dans lequel grands classiques et nouveaux produits de Vitra sont soumis à de nombreux test de charge. »
© Vitra
Vue de l’atelier de fabrication, architecture & design Nicolas Grimshaw, 1981.
© Grimshaw.global
Vue de l’intérieur de l’atelier de fabrication, bureaux, architecture & design Nicolas Grimshaw, 1981.
© Grimshaw.global
Vitra Design Museum, architecture & design : Frank Gehry, 1989. Un bâtiment de 600 m2 pour abriter la fabuleuse collection de chaises de Rolf Fehlbaum. Il s’agit à l’époque de la 1ère construction de Frank Gehry en Europe.
© Vitra
Autre vue du Vitra Design Museum, architecture & design : Frank Gehry, 1989.
© Vitra

Mais Rolf Fehlbaum n’en reste pas là, dans les années qui suivent, il commande à de jeunes architectes prometteurs la construction d’autres bâtiments à l’architecture spectaculaire sur le site de Weil-am-Rhein : la construction du bâtiment d’usine de Neuenburg à Antonio Citterio en 1992, le Pavillon de conférences à Tadao Ando en 1993, la caserne des pompiers à la regrettée Zaha Hadid la même année, un atelier de fabrication à Alvaro Siza en 1994, et le showroom Vitra (VitraHaus) à Herzog & de Meuron en 2012.

Caserne des pompiers du site Vitra de Weil-am-Rhein, architecture & design : Zaha Hadid, 1993. Il s’agit de l’un des premiers projets de l’architecte et urbaniste irako-britannique.
© Vitra
Vue aérienne du VitraHaus, le showroom de la marque Vitra, conçu par les architectes bâlois Herzog & de Meuron.
© Vitra
Vue aérienne du Campus Vitra.
© Inexhibit

Ce faisant, Rolf Fehlbaum, qui laisse la direction de Vitra en 2012 à sa nièce, Nohra Fehlbaum, a accompli ce à quoi ont dédié leur vie Charles & Ray Eames : une existence vouée à l’amour du design qui dépasse le simple cadre de la création de mobilier, puisqu’ils étaient aussi architectes et cinéastes. Surtout, Rolf Fehlbaum, en transformant Weil-am-Rhein en une vitrine idéale de l’architecture contemporaine, a construit pour Vitra une identité culturelle forte autour du design. Le site porte le nom de Vitra Campus, un instrument marketing puissant qui fait connaître la marque à travers le monde entier.

François Boutard