Se cultiver

Walter Gropius 

Une empreinte indélébile sur l’architecture moderne du XXème siècle

La personnalité de Walter Gropius, architecte, designer et urbaniste allemand est à jamais rattachée à la création de l’Ecole du Bauhaus qu’il dirigea de 1919 à 1928. Le Bauhaus préfigura alors dans une Europe en pleine ébullition intellectuelle, ce que serait l’architecture moderne, puis le style international. Dans cet article, nous avons souhaité mettre en avant, non pas tant les travaux réalisés par Gropius pendant la période du Bauhaus, et qui ont été abondamment commentés et décrits, mais sa vision très avant-gardiste de l’architecture débutée dès 1911, avant de comprendre le « tournant » théorique du milieu des années 20 qui donna naissance au design industriel et dont Gropius fut un des acteurs essentiels, voire peut-être le plus important.

Walter Gropius, portrait
© Art Zoo

Walter Gropius (1883-1969) nait à Berlin au sein d’une famille aisée. Son milieu familial baigne dans le milieu de l’urbanisme et de l’architecture, puisque son père est conseiller en bâtiment et son oncle, Martin Gropius, réalise les plans du musée des arts décoratifs de Berlin. Pendant 2 années, Walter Gropius étudie à l’École technique supérieure de Munich, avant d’étudier à l’École technique supérieure de Berlin, sans jamais finir sa scolarité.

Gropius commence sa carrière en 1908, il est chef de chantier dans l’agence d’architecture berlinoise de Peter Berhens (1868-1940), qui fut l’un des pionniers du design industriel et inventa le design d’entreprise (corporate design). Gropius va de l’avant et dès 1910, il démarre son propre cabinet d’architecture à Postdam avec son collègue Adolf Meyer. En 1911, Gropius exprime déjà sa conception d’une architecture moderne, car fonctionnelle, en expliquant que les bâtiments publics et privés devaient s’adapter à l’évolution sociétale. C’est ainsi qu’il pensait que les usines devaient dorénavant être conçues pour faciliter le travail des ouvriers avec une plus grande luminosité, de l’air frais et une meilleure hygiène.

Usine de turbines AEG à Berlin, architecte : Peter Berhens, 1910. Cette usine est considérée comme l’un des premiers bâtiments de l’architecture moderne

La même année, il obtient la commande de l’usine Fagus à Alfeld et réalise un coup de maître : il met en place ses idées avant-gardistes. Pour le bâtiment principal de l’usine qui abrite les bureaux, Gropius conçoit une façade de verre (Mur-rideau) : exit les traditionnels murs extérieurs porteurs et place à la luminosité ! Gropius libère la façade en plaçant des colonnes en béton armé à l’intérieur et innove avec des angles extérieurs entièrement vitrés, du jamais vu pour l’époque !

Partie de l’usine Fagus avec le bâtiment principal et ses grandes fenêtres vitrées, architectes : Walter Gropius & Adolf Meyer. La construction de l’usine démarra en 1911 pour s’achever avec les tous derniers bâtiments en 1925. Un projet colossal, puisque le site comporte plusieurs bâtiments (bureaux, fabrication, stockage)

Bâtiment principal de l’usine Fagus conçu par Gropius & Meyer. L’usine a été inscrite au Patrimoine mondial en tant que bien culturel en 2011

L’usine Fagus est l’une des premières œuvres d’architecture moderne : un volume impressionnant, des lignes orthogonales, des formes géométriques simples, le vitrage extérieur qui donne une certaine apesanteur, une grande unité architecturale et une structure porteuse épurée (ossature en acier). Elle concrétise les ambitions de Gropius pour concevoir un design qui « ouvre » le bâtiment sur l’extérieur, permettant aux employés et aux ouvriers de profiter de la lumière naturelle et de vues dégagées. Il faut aussi dire que Gropius fait partie d’un pays, l’Allemagne, qui est centre d’une nouveauté architecturale. Avec Mies van der Rohe et Bruno Taut, il incarne une nouvelle génération d’architectes avant-gardiste tournée vers les techniques industrielles.

En 1929, l’architecte allemand Ludwig Mies van der Rohe réalise le célèbre pavillon allemand pour l’exposition internationale de Barcelone. Plan libre (les murs ne sont plus porteurs), fluidité de l’espace avec des façades en verre, toit plat… De nombreux éléments de ce bâtiment culte de l’architecture moderne sont déjà en gestation dans l’Usine Fagus de Walter Gropius débutée en 1911
© BTP Cours
Maison n° 19, à Weissenhof-Estate à Stuttgart, Allemagne, 1927. Architecture : Bruno Taut. En 1927, l’avant-garde européenne de l’architecture investit les hauteurs de Stuttgart pour y construire des prototypes de maison représentatives de l’architecture fonctionnaliste et moderne. Bruno Taut en fait évidemment partie
© Miro Kurcik
Maison Schröder, design et conception Gerrit Rietveld, 1924. Le célèbre architecte hollandais conçoit cette maison dans le plus pur esprit « De Stijl »

C’est à Gerrit Rietveld, membre du mouvement De Stijl que l’on doit la fameuse Red Blue Chair (1918). Un style épuré à l’extrême !

En 1919, Walter Gropius réunit l’école des Arts décoratifs et celle des Beaux-arts de Weimar avant d’être nommé Directeur de ce nouvel établissement qu’il baptise BAUHAUS – qui signifie en allemand « Maison de la construction ». Il développe l’idée de mettre au même niveau toutes les formes d’arts et d’artisanat, sans aborder la création de types à produire en série. L’école se développe avec le succès qu’on lui connaît. Mais voilà, il n’y a pas qu’en Allemagne que les esprits brillants s’agitent. À la même époque, le courant radical d’origine hollandaise De Stijl bouscule les codes de l’architecture et des arts plastiques. 

Les tenants de De Stijl repoussent les frontières de l’architecture moderne : ils en font un art géométrique excessivement dépouillé, basé sur l’emploi exclusif de lignes droites pour créer un « art total ». Gropius et ses pairs sont séduits par ces idées. Theo van Doesburg (1883-1931), le théoricien du mouvement, vient même donner des cours en dehors du Bauhaus. Sous l’influence de De Stijl, Gropius revoit l’enseignement du Bauhaus qui marque un tournant décisif dans l’histoire de l’école et de l’architecture. 

Ainsi, Walter Gropius remplace Johannes Ittem qui démissionne, par le constructiviste Moholy-Nagy (1895-1946) pour diriger le cours fondamental. Désormais, le Bauhaus privilégie une approche industrielle des projets, et met de côté l’artisanat. Les étudiants sont invités à dessiner des types destinés à la production en série. Le bâtiment est considéré comme l’aboutissement d’une œuvre d’art total. Pour certains, ce tournant marque la naissance du design industriel.

De 1925 à 1926, Gropius conçoit le nouveau bâtiment universitaire de l’Ecole du Bauhaus qui a déménagé dans la ville de Dessau. Une construction fidèle à ses idées avant-gardistes

En 1927, Walter Gropius conçoit l’architecture de l’office de placement (agence pour l’emploi de Dessau) qui affirme son parti pris pour un design réfléchi et la prédominance du fonctionnalisme (« la forme suite la fonction »). La même année, une exposition fait date dans l’histoire de l’architecture moderne : Gropius, avec la crème de l’architecture avant-gardiste européenne (Mies van der Rohe, Mart Stam, Hans Scharoun, Bruno et Max Taut, Victor Bourgeois, J.J.P. Oud et Le Corbusier), envahit un quartier de Stuttgart, Le Weissenhoff, pour y concevoir un lotissement de maisons pour travailleurs. L’exposition eut un retentissement exceptionnel.

Carte postale qui propose une vue du quartier Weissenhoff conçu pour une exposition consacrée à l’habitation. On reconnait le style rectangulaire et minimal des maisons
© Weimar Architecture

1 an avant de quitter la direction du Bauhaus, Walter Gropius innove une nouvelle fois pour l’exposition « Die Wohnung » (l’habitation en allemand) au Weissenhoff : il conçoit une maison unifamiliale à l’apparence d’une boîte peinte en blanc cassé. Les murs préfabriqués font partie d’un système modulaire développé par Gropius. Les panneaux muraux sont conçus à l’extérieur, dans un atelier où ils peuvent être assemblés au sec. Avec ce système, Gropius accélère le processus de construction industrielle, indépendamment des conditions météorologiques d’un chantier. Par la suite, Gropius émigrera vers la fin des années 30 pour poursuivre sa carrière aux États-Unis, non sans avoir préalablement accompagné, définit avec d’autres et posé les fondements de l’architecture moderne et du style international amené alors à régner. 

Maison unifamiliale, conçue par Walter Gropius pour l’exposition du Weissenhoff, Stuttgart, 1927

© Luna Archives
Maison familiale de Walter Gropius
© Daniel Shea pour M magazine du Monde
Salon de la maison familiale de Walter Gropius. Fauteuil Womb du designer finlandais Eero Saarinen, à droite 2 tabourets Butterfly du designer japonais Sori Yanagi, au fond table basse du hongrois Marcel Breuer
© Daniel Shea pour Le Monde

François Boutard